Aller vers L'Echo ×
×

Philippe P.188

12:06 - 19 mars 2017

Moi non plus je n'ai jamais demandé d'augmentation, cela ne se fait pas dans mon domaine, tout simplement. Concernant la pension, avec les revenus de ce monsieur, je n'aurais pas non plus à me plaindre de ma pension vu que je l'aurais préparée depuis longtemps; malheureusement les revenus qui sont les miens ne me permettent que très faiblement de me préparer un complément d'une pension qui diminue et est repoussée d'année en année malgré un contrat signé il y a plus de 30 ans. Mais pour l'état et les gouvernants, on peux s'assoir aisément sur un contrat.

Yann Arthus-Bertrand: "Tout est trop cher, le capitalisme est en train de détruire le monde"

1
Réagir
 © LAURIE DIEFFEMBACQ
3 Temps de lecture

Stan Beckers: "Au cours de ma carrière, je n'ai jamais demandé une augmentation de salaire"

  • 19 mars 2017 08:00

10 questions d'argent à Stan Beckers (64 ans), le patron belge de NN Investment Partners, une société de gestion qui comptabilise 195 milliards d’euros en portefeuille. Il prendra sa pension le 1er avril prochain.

Publicité

Publicité

Publicité

1. Investissez-vous en actions individuelles?

Jamais je n’ai acheté des actions individuelles comme investissement, car j’accorde énormément d’importance à la diversification d’un portefeuille. Je détiens des actions de mes employeurs – par exemple de NN Group et de BlackRock – mais dans ce cas, je n’avais pas le choix.

2. Quels sont vos types de fonds préférés?

Cela évolue au fil du temps. Avec les marchés que nous connaissons aujourd’hui, ma préférence va aux fonds mixtes, car ils permettent de bien se diversifier. Ces fonds peuvent aussi bien jouer la carte de l’opportunisme en cas de hausse des marchés d’actions que miser sur des valeurs à rendement fixe, les matières premières et l’immobilier.

3. Quel a été votre meilleur investissement?

Cela m’amène à parler de mes investissements immobiliers. Je n’ai pourtant jamais investi de manière très consciente dans ce secteur. J’ai toujours acheté par nécessité. J’ai acquis un appartement à Londres quand je suis allé travailler dans la capitale britannique et cela s’est révélé par la suite être un excellent investissement. Lorsque j’ai rejoint NN Group, j’ai acheté un appartement à La Haye, à un moment où les prix de l’immobilier avaient atteint leur plancher. J’ai donc eu un peu de chance avec ces investissements.

4. Vos longues années de travail à Londres ont-elles modifié votre philosophie en matière d’argent?

Pas vraiment. Cela a par contre beaucoup influencé ma vie professionnelle, car Londres est le centre financier européen par excellence. Vous apprenez beaucoup de choses en allant travailler là-bas, notamment en finances. J’y ai travaillé avec beaucoup de plaisir. Mais je n’aurais jamais voulu y passer ma vie.

5. Vous avez vécu de nombreuses crises boursières. Vous ont-elles rendu plus prudent?

Elles m’ont surtout rendu plus réaliste. Vous devez toujours être conscient du fait que les actions peuvent perdre 40% de leur valeur en quelques semaines. Tout le monde le sait, mais il faut l’avoir vécu pour savoir ce que l’on ressent dans ce cas-là. Par la suite, vous faites des choix plus conscients. Chaque investisseur devrait vivre une crise boursière, car les livres ne suffisent pas pour comprendre les marchés.

6. Quel est votre plus gros problème lié à l’argent?

"Au cours de ma carrière, je n’ai jamais demandé une augmentation de salaire."

Ceux qui ne travaillent que pour l’argent ont le don de m’irriter. Je les plains. L’argent est important, certes, mais il ne doit pas devenir notre unique motivation. Par exemple, je n’ai jamais changé d’emploi pour gagner plus. Et au cours de ma carrière, je n’ai jamais demandé une augmentation de salaire. Au final, j’ai toujours obtenu ce à quoi j’estimais avoir droit.

7. Vous permettez-vous certains luxes?

Quand je voyage, je m’offre un peu de confort. Si je dois passer 24 heures dans un avion pour aller voir mon fils en Australie, je préfère pouvoir étendre mes jambes. C’est pourquoi je voyage en classe affaires. Je ne vole pas en première classe: elle ne vaut pas son prix.

8. Achetez-vous des œuvres d’art?

Cela m’arrive d’acheter une belle œuvre d’art. Je ne recherche pas les grands noms. Si j’achète un tableau, je dois pouvoir le pendre au mur. La plupart du temps, j’estime que cela ne vaut pas la peine de dépenser plus de 10.000 euros. Ces œuvres ont plutôt leur place dans les musées.

9. Avez-vous travaillé comme étudiant?

Quand j’étais étudiant, je travaillais pendant les mois d’été. J’ai travaillé à la chaîne chez un fabricant de tuiles. C’est le travail le plus ennuyeux que j’aie connu. C’est pourquoi j’ai beaucoup de respect pour ceux qui travaillent sur ligne.

10. Connaissez-vous le montant de votre future pension?

J’ai déjà fait ma demande de pension au Royaume-Uni, vu que j’y ai travaillé pendant 35 ans. Mais je n’ai reçu aucune nouvelle. Par ailleurs, je devrais recevoir une pension pour mes années passées à la KU Leuven. Mais dans les deux cas, je ne pense pas que cela dépassera quelques centaines d’euros par mois. Je ne pourrais pas vivre uniquement avec ma pension.

Source: MonArgent

Publicité

Publicité
× Fermer