Aller vers L'Echo ×
×

L'architecte Marie-José Van Hee présente sa première collection de mobilier

L'idée pas marteau d'Hermès

Le do it yourself version luxe à Paris

  • 16
    février 2018

Marteau, tournevis, plumeau, brosse... des outils du quotidien réalisés avec les chutes des ateliers Hermès. © Eugenia Sierko-Rouchon

Qui l'eût cru? Un marteau chez Hermès. Ou un tournevis. Des poignées de parapluie détournées. Rien ne se perd, tout se transforme: Hermès prend déjà l'adage au mot avec son laboratoire (ré)créatif petit h et sa Quincaillerie, où l'on peut joindre l'outil à l'agréable.

Publicité

Publicité

Publicité

C'est certainement la quincaillerie la plus chic de la capitale française. L'eldorado incontesté pour tout amateur bricoleur qui se respecte, mais qui cherche un petit rien d'exclusivité. Un marteau? Check. Un tire-bouchon? Check. Une brosse? Ce sont pas moins de 200 objets d'usage quotidien, généralement laissés pour compte, à la fois indispensables et dispensables, que l'on peut découvrir depuis fin janvier à la Quincaillerie de petit h, ce laboratoire (ré)créatif de la maison Hermès, créé en 2010 sous la houlette de Pascale Mussard.

Adressés tant à ceux qui ont "deux mains gauches", qu'aux apprentis bricoleurs jusqu'à l'as des as du DIY, ces ustensiles fonctionnels sont réalisés en petite série, comme une poignée de parapluie détournée ou un tabouret-coffre qui se ferme comme un sac Kelly, avec les chutes des ateliers de la maison à l'univers équestre. Des outils pour raccommoder, réparer, clouer, attacher, accrocher, ranger, suspendre, prendre soin des objets du quotidien... c'est tout là le propos de cette drôle de quincaillerie.

petit h, la ligne très upcycling d'Hermès, récupère tout ce qui est trop beau pour être jeté, et réalise de nouveauxc objets grâce à ces chutes.  © DR petit h, la ligne très upcycling d'Hermès, récupère tout ce qui est trop beau pour être jeté, et réalise de nouveauxc objets grâce à ces chutes. © DR

L'art de recycler

Ce n'est pas une lubie mais plutôt une la philosophie d'une vie. Celle de la nièce de Jean-Louis Dumas et petite-fille d'Aline Hermès, qui a passé près de trente ans à sillonner les ateliers jusqu'à devenir codirectrice artistique, aux côtés de son cousin Pierre-Alexis Dumas. Au cours de ces allées et venues, Pascale Mussard récolte des morceaux de cuir, des chutes de tissu, des fermetures éclair,... bref, tout ce qui était trop beau pour être jeté et qu'elle ne peut se résoudre à laisser. En 2010, elle suit son intuition et laisse libre court à l'upcycling au sein d'Hermès, un parti pris qu'elle couple à une envie d'expérimentation et de poussée créative: c'est la naissance du laboratoire petit h qui réunit au sein d'un même atelier d'artisans confirmés oeuvrant pour différents corps de métier et d'artistes. On pourrait le comparer à un cabinet de curiosités d'Hermès, où sont entreposés les objets écartés des ateliers pour cause d'imperfection invisible à l'oeil non averti.

Pour La Quincaillerie de petit h, l'instigatrice pousse le vice un peu plus loin. "Nous affichons un esprit. Nous voulions que ce qui est invisible ne le soit plus. Que les objets basiques, astucieux, ingénieux et originaux qui nous sont indispensables soient appréciés à leur juste valeur", explique-t-elle. Hommage à sept générations d'artisans qui se sont attachées à mettre de la beauté dans ces objets utiles que nous employons au quotidien. "Nos aînés n'hésitaient pas non plus à s'inspirer de leurs outils pour en reprendre la forme ou même pour en détourner l'usage. Que ce soit dans la mode ou la joaillerie, on ne compte pas les références de verrous, cadenas ou charnières."

Dans le geste

Dans les rayons bien achalandés du 17 rue de Sèvres, on trouve ainsi des utilitaires devenus durables et des nécessaires devenus précieux qui, tous, ont été (re)pensés en cuir, en soie, en métal, en porcelaine ou en cristal pour durer et se patiner, en vue d'être transmis de génération en génération, et de passer de main en main. Car c'est cela qui compte: le geste. Celui de la transmission, mais, surtout, celui de l'artisan. Et jusqu'à preuve du contraire, "on n'a pas encore trouvé mieux que le fil et l'aiguille pour coudre un bouton". Point d'upcycling sans les bons outils. Sans pince à coudre et sans aiguille, pas de sac. Sans clou et sans couteau à pied, pas de selle. La boucle est bouclée.

Jusque début mars. Ouvert de 10h30 à 19h. Rue de Sèvres 17 à 75006 Paris. www.hermes.com

 © DR © DR


Source: Sabato

Publicité

Publicité
× Fermer