ABN: le ticket de Fortis évalué à 22 milliards d'euros

Fortis veut croître. Jusque-là, l'opération lancée conjointement avec Royal Bank of Scotland et Santander sur ABN Amro semble répondre à ce voeu. Oui, mais Jean-Paul Votron martèle depuis son arrivée à la tête de Fortis sa volonté de voir ses résultats progresser hors Benelux.

(l'écho) Mais il semble qu'une opportunité comme celle-ci soit difficile à refuser. Reste à la financer. Selon les analystes, l'activité retail d'ABN - qui permettrait à Fortis de passer de 7 à 26% de parts de marché en dépôts aux Pays-Bas contre 33% en Belgique -, l'asset management et la banque privée pourraient lui coûter entre 20 et 22 milliards d'euros. Notons que le capital excédentaire du groupe se situe à 1,8 milliard.

Les yeux sont donc désormais rivés sur Jean-Paul Votron afin de voir comment il compte financer une telle opération (émission d'actions, cash, ou endettement); et ce alors qu'il serait également en lice pour le rachat du courtier britannique Bridgewell, valorisé à quelque 76,4 millions d'euros.

Quoi qu'il en soit, si ABN apparaît comme une poule aux oeufs d'or pour Fortis, il ne met pas pour autant le bancassureur à l'abri des prédateurs.

Publicité
Publicité

Echo Connect