Publicité

Dossier ABN: Barclays reprend la main

L'accord des actionnaires de la banque néerlandaise ABN Amro n'est pas nécessaire pour la vente de sa filiale américaine LaSalle, selon l'avis rendu mardi par l'avocat général des Pays-Bas à la Cour suprême.

(afp) L'accord des actionnaires de la banque néerlandaise ABN Amro n'est pas nécessaire pour la vente de sa filiale américaine LaSalle, selon l'avis rendu mardi par l'avocat général des Pays-Bas à la Cour suprême.

Se fondant sur la loi néerlandaise, l'avocat général estime que l'obligation de soumettre la vente de LaSalle à une assemblée générale des actionnaires "ne repose pas sur une considération de droit suffisamment établie", et "conseille à la Cour suprême de casser la décision de la chambre du tribunal de commerce".

Début mai, le tribunal de commerce d'Amsterdam avait gelé la cession prévue de LaSalle à Bank of America (BoA), exigeant que les actionnaires puissent voter sur le sujet. ABM Amro avait interjeté appel devant la Cour suprême.

Fortis n'a pas souhaité réagir à l'avis rendu par l'avocat général.

"Nous avons prix connaissance de l'avis et nous étudions les documents", a déclaré une porte-parole de Fortis.

La banque Barclays, impliquée dans la lutte pour la reprise d'ABN Amro, a pris elle connaissance "avec intérêt" de l'avis de l'avocat général selon lequel la banque néerlandaise n'a pas besoin de l'approbation de ses actionnaires pour céder sa filiale LaSalle à Bank of America. Barclays attend désormais la décision définitive de la Cour Suprême qui est attendue pour la mi-juillet.

L'avis de l'avocat général, s'il est suivi par la Cour Suprême néerlandaise, est une bonne nouvelle pour Barclays et un contre-temps pour le consortium composé de Fortis, Banco Santander et Royal Bank of Scotland, cette dernière étant particulièrement intéressée par LaSalle.

Selon les analystes, le trio devrait désormais considérer le lancement d'une nouvelle offre qui n'intégrerait pas la filiale américaine d'ABN Amro.

Pour rappel, le groupe belgo-néerlandais est engagé, avec Banco Santander et Royal Bank of Scotland, dans la lutte pour la reprise d'ABN, LaSalle intéressant particulièrement la banque écossaise.

Photo Bloomberg

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés