La stratégie d'ABN Amro au centre des préoccupations

La banque néerlandaise SNS, dont la filiale de gestion d'actifs détient 0,23% du capital d'ABN Amro, s'est dite mercredi préoccupée par la stratégie d'ABN, joignant ses critiques à celles exprimées la semaine dernière par le fonds d'investissement TCI.

(l'écho) «Nous sommes critiques sur la stratégie d'ABN», a déclaré un porte-parole de SNS. «Et l'action ne se porte pas bien.» à la Bourse d'Amsterdam, l'action ABN Amro a clôturé hier à 27,13 euros (+ 1,31%), alors que l'indice DJ Stoxx européen des banques cédait 0,07% à 500,42 points.

Le titre avait bondi de 6% le 21 février après la lettre ouverte adressée à la direction de la banque par le fonds The Children's Investment Fund Management (TCI), propriétaire d'un peu plus de 1% d'ABN Amro, jugeant le groupe nettement sous-évalué et plaidant pour son éclatement.

Les critiques formulées mercredi par SNS Asset Management sont proches de celles de l'important fonds de pension néerlandais PGGM, lui aussi actionnaire d'ABN, qui s'était déjà dit inquiet, la semaine dernière, de la stratégie de la première banque des Pays-Bas.

La banque centrale néerlandaise a de son côté exprimé sa préoccupation après la proposition de scission de TCI, son gouverneur, Nout Wellink, estimant que le fonds allait «trop loin». Mais cette intervention lui a valu des reproches de certains investisseurs et de la Commission européenne. SNS a précisé qu'il ne soutiendrait pas la proposition d'éclatement d'ABN défendue par TCI. PGGM ne s'est pas prononcé sur ce point.

Parallèlement, le «Financial Times» rapporte dans son édition de mercredi que le fonds spéculatif britannique Toscafund s'est lui aussi joint aux critiques contre ABN Amro. «Il est évident qu'au cours des cinq dernières années, la direction d'ABN Amro n'a pas réussi à délivrer des retours sur investissement acceptables», a déclaré Tosca, selon le FT.

«En conséquence, nous ne pensons pas qu'ABN Amro devrait effectuer d'importantes acquisitions. Nous pensons aussi que tous les actionnaires bénéficieraient d'une fusion avec un groupe plus grand affichant un bilan probant en termes de création de valeur.» Le FT précise que Tosca détient un peu plus de 1% du capital du groupe bancaire mais qualifie de passif son investissement. Toscafund assure ne pas agir de concert avec TCI, mais dit souhaiter une réponse constructive de la direction.

TCI (The Children's Investment Fund Management) a demandé aux actionnaires de voter sur ses propositions lors de l'assemblée générale du 26 avril. ABN dit croire en une communication ouverte avec les marchés et tous ses actionnaires, dont TCI. La presse néerlandaise rapporte que le groupe bancaire a mandaté comme conseils Lehman Brothers, Rothschild, UBS et Morgan Stanley. Reuters

Publicité
Publicité

Echo Connect