Le ticket de Fortis évalué à 22 milliards d'euros

Après l'intérêt annoncé par le trio bancaire composé par Royal Bank of Scotland, Santander et Fortis en faveur de la banque néerlandaise ABN Amro, les analystes évaluent le coût du ticket d'entrée pour Fortis à 22 millards d'euros.

(l'écho) Fortis veut croître. Jusque-là, l'opération lancée conjointement avec Royal Bank of Scotland et Santander sur ABN Amro semble répondre à ce voeu. Oui, mais Jean-Paul Votron martèle depuis son arrivée à la tête de Fortis sa volonté de voir ses résultats progresser hors Benelux.

Mais il semble qu'une opportunité comme celle-ci soit difficile à refuser. Reste à la financer. Selon les analystes, l'activité retail d'ABN - qui permettrait à Fortis de passer de 7 à 26% de parts de marché en dépôts aux Pays-Bas contre 33% en Belgique -, l'asset management et la banque privée pourraient lui coûter entre 20 et 22 milliards d'euros. Notons que le capital excédentaire du groupe se situe à 1,8 milliard.

Les yeux sont donc désormais rivés sur Jean-Paul Votron afin de voir comment il compte financer une telle opération (émission d'actions, cash, ou endettement); et ce alors qu'il serait également en lice pour le rachat du courtier britannique Bridgewell, valorisé à quelque 76,4 millions d'euros.

Quoi qu'il en soit, si ABN apparaît comme une poule aux oeufs d'or pour Fortis, il ne met pas pour autant le bancassureur à l'abri des prédateurs. Dominique Liesse

Publicité
Publicité

Echo Connect