RBS, Fortis et Santander ensemble à l'assaut d'ABN!

La banque néerlandaise confirme avoir été approchée. Le patron de RBS rêve de damer le pion à Barclays.

(l'écho) Le dossier ABN Amro - Barclays est loin d'être clos. Vendredi, le nouveau rebondissement a revêtu une dimension belge avec l'apparition de Fortis dans l'affaire...

Sir Fred Goodwin, le CEO de Royal Bank of Scotland (RBS) qui avait été cité parmi les éventuels candidats au rachat d'ABN, a commencé par laisser entendre au quotidien «Daily Telegraph» qu'il envisageait une contre-offre sur ABN Amro, afin de couper l'herbe sous le pied de sa rivale, Barclays. à cet effet, il s'est tourné vers son partenaire de longue date, l'Espagnol Santander, et vers Fortis. Vendredi soir, la cible a elle-même confirmé l'information: elle a bien été approchée par RBS, Santander et Fortis. Dans un communiqué, ABN Amro a dit avoir reçu une lettre de leur part, dans laquelle ils l'invitent à entamer des pourparlers exploratoires en vue de son rachat. Son comité de direction et son conseil de surveillance ont indiqué qu'ils étudieraient la lettre avec attention. «Comme cela a été déclaré auparavant, ABN Amro et Barclays sont en discussions exclusives pour combiner leurs activités», ont-ils rappelé.

Le trio a confirmé à son tour, ajoutant qu'il souhaiterait avoir accès à la même information «sous due diligence» que Barclays.

Quel est son intérêt? Cette opération pourrait permettre à RBS de prendre possession des activités américaines d'ABN (Lasalle). Santander serait intéressé par l'Italie et le Brésil. Enfin, l'«investment banking», qui comprend Hoare Govett, ferait envie à Fortis. D.Li.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect