14 millions au fret par rail

Une subvention opportune pour le fret ferroviaire. ©© photo news

Sur proposition du ministre Bellot, un budget de 14 millions a été dégagé pour soutenir le trafic combiné et diffus en 2017. SNCB Logistics salue la décision.

Soulagement pour les transporteurs ferroviaires belges de marchandises. Sur proposition du ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR), le gouvernement fédéral a accepté de leur accorder une subvention de 14 millions d'euros pour l'année 2017. "C'est une décision qui a été prise à l'occasion des travaux budgétaires. La subvention est prévue pour le trafic diffus et le combiné. On a demandé à avoir une vision plus globale", nous a confirmé le ministre Bellot.

Bonne nouvelle

La décision est d'autant plus importante que les opérateurs étaient dans l'incertitude. Le programme financier de deux ans dont ils bénéficient arrive à échéance fin 2016 et rien n'était prévu pour 2017. Selon nos informations, le cabinet Bellot travaille maintenant à obtenir, pour le secteur, un programme pluriannuel de subventionnement. En attendant, la subvention décrochée pour 2017 satisfait les opérateurs, en particulier le principal bénéficiaire. "C'est une bonne nouvelle. Ce sont des subventions qui sont destinées à tous les acteurs qui offrent du trafic diffus et de l'intermodal", commente Veerle Van Mierlo, porte-parole de SNCB Logistics (B Logistics), ex-filiale logistique de la SNCB. "Ce sont surtout les clients qui en profitent parce que ce soutien permet de continuer à offrir des connexions moins rentables, mais importantes pour les acteurs industriels et les ports", dit-elle.

L'ex-B Cargo revient de loin. En 2009, elle affichait un excédent brut d'exploitation (Ebitda) négatif de 115 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 340 millions d'euros. N'étant pas préparée, elle avait pris de plein fouet l'ouverture du marché à la concurrence en 2007 et la crise économique de 2008. S'en est suivi une profonde et douloureuse restructuration entraînant la filialisation de B Logistics en 2011. Elle a manqué de peu d'être déclarée en faillite grâce à l'arrivée d'un actionnaire privé en 2015, le fonds d'investissement français Argos Soditic. Celui-ci détient aujourd'hui 68,8% de B Logistics et la SNCB, 31,2%.

La société a renoué avec la croissance. En 2015, elle a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 455,8 millions d'euros, en légère hausse de 0,9%, par rapport à 2014 (451,9 millions). Son Ebitda a progressé de 70% à 15 millions (9 millions en 2014 et 3 millions en 2013). En 2015, ses trains ont transporté 29,4 millions de tonnes, en hausse de 4% par rapport à 2014. "Pour 2016, nous serons sur la même tendance que 2015", résume Veerle Van Mierlo. B Logistics vise un Ebitda de 30 millions et un résultat net de -5 millions pour 2016 (-18 millions en 2015).

Elle poursuit l'extension de son réseau Green Xpress (une 8e liaison vient d'être inaugurée vers la Suède). L'objectif est de répondre aux souhaits des entreprises des secteurs métallurgique et chimique, ainsi qu'aux demandes du marché intermodal. Elle fait d'Anvers son hub de consolidation et de dispatching des convois vers les différentes destinations. B Logistics va renforcer son trafic vers la Roumanie.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect