ArcelorMittal lance le JVD, première mondiale à Liège

ArcelorMittal lance une nouvelle gamme d'acier pour le secteur automobile avec la technologie de dépôt sous vide. ©© BELGA

Après des années de retard, ArcelorMittal a inauguré à Kessales, (Seraing) en grande pompe et en présence du roi Philippe, la première ligne consacrée à la technologie de dépôt sous vide (jet vapor deposition/JVD). Il s'agit d'une technologie mise au point par le CRM, centre de recherche travaillant pour diverses entreprises (ArcelorMittal, CMI, FN Herstal). "Le JVD est une excellente illustration de ce que l'innovation peut apporter. C'est une nouvelle rupture technologique dans l'industrie de la galvanisation", a rappelé Matthieu Jehl, CEO du cluster ArcelorMittal Gand-Liège. La ligne de JVD fait environ un kilomètre.

LE RÉSUMÉ

Le groupe sidérurgique ArcelorMittal a inauguré sa nouvelle ligne de dépôt sous vide à Seraing.

C'est une technologie inédite qui confère à l'acier des qualités recherchées par les constructeurs automobiles (absence d'oxydation, adhérence, etc.).

La nouvelle ligne représente un investissement de 63 millions d'euros préfinancé par la Région wallonne. L'objectif est de produire 400.000 tonnes d'acier revêtu par an.

La technologie JVD consiste à déposer sur l'acier une fine couche de zinc en lui conférant ainsi des qualités technologiques inédites. Elle est une première mondiale qui renforce la fierté des travailleurs. "Elle donne une image positive du bassin sidérurgique liégeois et permet de sauvegarder les emplois", se réjouit Jordan Atanasov, secrétaire régional de la CSC-Metea (Liège-Huy-Waremme).

400.000 tonnes par an

Le JVD garantit une excellente adhérence du revêtement, quelle que soit la qualité de l'acier, même pour les nouveaux aciers à très haute résistance en développement. Il supprime le risque d'oxydation de l'acier ou du zinc, car la ligne travaille à basse pression et donc à des températures basses. Matthieu Jehl insiste aussi sur la flexibilité du procédé grâce à sa capacité à ajuster facilement la masse de revêtement côte à côte et à revêtir plusieurs substrats en acier. "Pour 2017, nous tablons sur une production de 100 à 120.000 tonnes d'acier revêtus. L'objectif est d'arriver à 400.000 tonnes d'acier par an. Pour l'instant, on tourne avec une trentaine de travailleurs, mais on devrait augmenter au fur à mesure de l'accélération de la production", précise le CEO du cluster ArcelorMittal Gand-Liège. "Le JVD ne représente pas énormément d'emplois. J'espère qu'il le deviendra avec le temps, mais l'important est de montrer que nos chercheurs sont à la pointe", renchérit Jean-Claude Marcourt (PS), ministre wallon de l'Économie.

Partenariat public-privé

Le JVD représente un investissement de 63 millions d'euros préfinancé par la Région wallonne (via son bras financier la Sogepa). Il est exploité par Arceo, une co-entreprise entre la Sogepa et ArcelorMittal. "Cet investissement de la Sogepa aux côtés d'ArcelorMittal témoigne de notre volonté de contribuer, aux côtés de partenaires privés, à l'avenir du secteur en Wallonie au travers de produits réellement innovants", dit Renaud Witmeur, président du comité de direction de la Sogepa.

Le JVD s'inscrit dans le cadre du programme d'investissement de 138 millions arrêté par les autorités wallonnes et les syndicats suite à la restructuration de 2012 et l'élaboration d'un nouveau plan industriel pour développer la sidérurgie à froid du bassin liégeois.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect