Bande dessinée Tout un éditorial dans un dessin

©RV DOC

"Sept ans de bonheur ou presque..."

Vadot

Sandawe, 144 p., 22 euros.

Le dessin de presse est à la fois une vision de l'actualité, un trait d'humour, un commentaire, une analyse... Toutes les caractéristiques d'un éditorial en somme. Il y a tout cela aussi dans les dessins de Vadot. Ils partent d'un fait d'actualité, le décryptent, l'analysent... et en prennent le total contre-pied. Parce que le dessinateur de presse, le cartooniste, a cette liberté sur le journaliste, c'est qu'il peut tout se permettre... ou presque.

À ce jeu Nicolas Vadot s'est fait une signature, dont la réputation dépasse nettement la longueur de ses cinq lettres et de son systématique chat vert, présent dans tous ses dessins. Et ils ne sont pas si nombreux ces Kroll, Dubus et autres Kamagurka dont le trait est attendu chaque matin.

Le rituel est immuable depuis près de 10 ans. Un mail à la rédaction de "L'Echo", quelques esquisses gribouillées, des formes ou des personnages juste évoquées, une phrase et ça marche... ou pas. Mais dans ces quelques traits de crayons, il y a déjà toute la signification du dessin et son humour, mordant, piquant tendre ou triste. Vadot s'est fait à l'idée de passer sous les Fourches caudines de la rédaction avant de finaliser son dessin. Rien à voir avec une censure, juste une sélection pour l'aider à pousser son talent dans ses derniers retranchements...

À force de collaborer à "L'Echo", Vadot s'est spécialisé dans la chose économique. Il l'a comprise et fait sienne au point d'en tirer les éléments les plus piquants.

Les arcanes de la crise financière, celle de 2007-2008, les coulisses de la déconfiture grecque, les heurs et malheurs d'un certain Maurice Lippens, tout cela n'a plus de secrets pour lui, ni pour ses lecteurs, qui suivent les aventures de ses personnages comme autant de rendez-vous.

Mais entre le dessin quotidien et l'édition d'un recueil, il y a un pas qu'il n'est pas facile à franchir. Vadot réussit cependant à recréer le récit de ces "sept ans de bonheur". De dessin en dessin, dont certains se répondent d'ailleurs, il refait le film du séisme qui a secoué le monde économique depuis un peu plus de 8 ans. Et c'est sans doute aussi à cela que l'on voit la qualité et l'efficacité de ses dessins de presse, certains inédits. Même des années après, ils se suffisent encore à eux-mêmes et ne nécessitent pas plus qu'une petite légende pour les remettre dans le contexte.

Du coup, l'album de plus de 140 pages se feuillette, se dépose et se reprend, et se lit de bout en bout comme une histoire à rebondissements.

Les 341 édinautes, (les participants au financement de l'album sur la plateforme de crowdfunding Sandawe) ne s'y sont pas trompés. LOF

Exposition des dessins de Vadot The Cartoonist, à Bruxelles jusqu'au 11 octobre.

Contenu sponsorisé

Partner content