Banimmo vend son site de Dolce La Hulpe

©rv

La société immobilière réglementée Banimmo a cédé hier, via sa filiale Conferinvest, la participation de 49% qu'elle détenait dans la société Dolce La Hulpe depuis 13 ans déjà.

La vente finalisée aujourd'hui concerne un complexe hôtelier bien connu, avec centre de conférences et de bureaux situé en périphérie bruxelloise, à proximité du Ring et du château de La Hulpe, en bordure de la forêt de Soignes. L'acquéreur est un groupe familial qui s'associe aux deux investisseurs familiaux belges déjà partenaires dans l'actionnariat du Dolce La Hulpe. Le montant total de la vente n'a pas été communiqué. Le rendement locatif s'élevait l'an dernier à 36 millions d'euros et L'Echo estime la valeur actuelle globale de l'actif correspondant, dont Banimmo détient 49%, à plus de 50 millions d'euros. L'hôtel affichait l'an dernier un taux d'occupation de 64% et les bureaux de 100%.

C'est à la mi-2005 que Banimmo a décidé de se diversifier dans les hôtels et centres de conférence en rachetant le site de La Hulpe à IBM Europe, qui souhaitait alors revendre les murs de son centre international de formation ouvert en 1974 et où 350 personnes étaient encore occupées en 2002. Le site classé de 81 hectares avait d'abord été lorgné par le groupe Dolce lui-même courant 2003. Ce dernier s'était engagé à investir 35 millions d'euros et à y maintenir 300 emplois; mais au printemps 2004, le projet a finalement avorté... et a été repris par Banimmo.

Après des investissements significatifs alors engagés par la société de promotion pour remettre le site à niveau, la gestion des bâtiments rénovés, lesquels offraient alors 36.000 m² de surface bâtie et 538 places de parking, a été confiée à Dolce (groupe Wyndham) pour y exploiter un hôtel 4 étoiles de 264 chambres (rez + 2), deux restaurants, un spa et 40 salles de réunion avec deux auditoriums. L'actionnariat avait ensuite été ouvert à deux familles belges, qui avaient acquis 51% du capital de Conferinvest S.A. Le même partenariat avait ensuite acquis le complexe hôtelier de Chantilly fin 2006 avant d'en confier également la gestion à Dolce.

Recentrage et cession d'actifs

Parallèlement à la cession des murs du Dolce La Hulpe, Banimmo a acquis de ses anciens co-actionnaires français le solde des parts et la totalité du capital du Dolce Chantilly SAS, un ensemble de même nature près de Paris. La SIR belge cotée encaisse au passage un montant résiduel 7,6 millions d'euros. En toute logique, l'étape suivante sera la mise rapide sur le marché de 100% de l'actif hôtelier de Chantilly. "Cette cession réalisée par Conferinvest confirme la mise en oeuvre de la stratégie décidée fin 2016, à savoir le recentrage sur le marché des bureaux en Belgique, de petite à moyenne taille, et sous 3 axes: rénovations lourdes d'immeubles existants, développements sur mesure et/ou pour plusieurs occupants (PME)", précise Patrick Mertens de Wilmars, le CEO de Banimmo (lire interview).

Les cessions ont en effet été multipliées depuis deux ans par le duo belge à la tête de Banimmo depuis mai 2016, Patrick Mertens de Wilmars (ex-Compagnie het Zoute) et Philippe Opsomer (Ex-Immobel). Elles concernent notamment la revente du portefeuille Banimmo France et des actifs de Rocquencourt (France) et La Hulpe. "Couplées à un refinancement d'actifs en cours, ces opérations doivent nous permettre, sans nullement brader la valeur des actifs que nous détenions, de dégager la trésorerie nécessaire à Banimmo pour rembourser fin mai une obligation de 34 millions d'euros prise sur 5 ans (2013-2018)", ajoute Philippe Opsomer, le CFO de Banimmo.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect