"Décourager l'usage de la voiture en Belgique"

Dans un rapport d'un genre nouveau, la Commission européenne distribue aux États membres des bons et mauvais points en matière environnementale. Dans son premier "Examen de la mise en oeuvre de la politique environnementale de l'UE" pour la Belgique, l'exécutif européen s'en prend en particulier à une législation jugée trop favorable à la voiture individuelle. Alors que la Belgique reste le pays le plus congestionné d'Europe en termes d'heures perdues dans le trafic, la Commission appelle les Belges à réduire les embouteillages routiers "en introduisant des dissuasifs à l'utilisation de la voiture". Le tax shift n'a pas été assez loin, estime la Commission: "Le déplacement de la charge fiscale adopté en Belgique en 2015 n'a que partiellement exploité les possibilités de réformer la fiscalité environnementale et de supprimer les subventions préjudiciables à l'environnement." La Commission vise en particulier le traitement fiscal réservé aux voitures de société, qui représente des pertes de recettes de près de 3,75 milliards d'euros. La Commission rappelle que la Belgique est le pays de l'OCDE où la subvention à l'automobile est la plus élevée: 2.763 euros par an et par voiture.

La Belgique doit en outre faire plus d'efforts pour lutter contre la pollution de l'eau ou encore gérer le réseau Natura 2000, qui rassemble les sites naturels à grande valeur patrimoniale de l'Union, souligne la Commission. Côté gommettes vertes, la Belgique se voit décerner un satisfecit en matière de promotion de l'économie circulaire et de recyclage des déchets ménagers.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content