Depuis 2014, le chômage recule sur tous les fronts à Bruxelles

C'est vrai, reconnaît Didier Gosuin (DéFI). La situation du marché de l'emploi à Bruxelles n'est pas brillante. "Plus de 97.000 demandeurs d'emploi, c'est beaucoup trop. Et un taux de chômage de 17,8% est inacceptable." N'empêche. Ce n'est pas pour autant qu'il ne faut pas se réjouir des embellies, estime le ministre bruxellois de tutelle, qui a compilé les chiffres du chômage de 2010 à 2016 - même si la période qui l'intéresse le plus, lui, ce sont les deux dernières années. "De manière générale, depuis 2014, tous les indicateurs sont correctement positifs. Pas fantastiques, mais positifs."

LE RÉSUMÉ

Didier Gosuin (DéFI) a compilé les chiffres du chômage dans la capitale de 2010 à 2016.

Si le taux de chômage reste encore "inacceptable", il se félicite toutefois du "cercle vertueux" entamé depuis 2014.

Le chômage recule partout. Jeunes ou vieux. Chômeurs de courte ou longue durée.

- Cercle vertueux

. Indiscutable: c'est le chômage des jeunes qui a le plus spectaculairement baissé dans la capitale. Logique aussi, puisqu'ils sont le coeur de cible de la politique bruxelloise. "L'amélioration touche principalement les jeunes et les moins qualifiés, insiste Didier Gosuin. Mais elle ne se fait pas au détriment d'autres catégories. Si le chômage des plus de 50 ans a augmenté entre 2010 et 2016, la tendance s'est inversée depuis 2014 et nous enregistrons une baisse. Le constat est similaire pour les chômeurs de longue durée."

- L'effet des exclusions.

Depuis 2014, le nombre de chômeurs indemnisés est en net recul. "L'effet des exclusions décidées par le Fédéral", souligne le ministre.

- Les plus faibles font le mieux.

Dans la capitale, les baisses du chômage les plus importantes ont été observées dans les communes présentant le plus haut taux de chômage. "Et ça, c'est important comme signal envers une population qui a souvent été laissée- pour-compte. Comme quoi notre politique axée sur les jeunes, les moins qualifiés et les zones défavorisées porte ses fruits. Les communes connaissant le plus haut taux de chômage et comptant le plus de jeunes réalisent des performances supérieures à la moyenne régionale."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Partner content