Disney s'offre 21st Century Fox pour mieux s'armer face aux Gafa

Bob Iger, dont le mandat de CEO de Disney a été prolongé jusqu'en 2021, accélère la transformation du groupe. ©© belga

Menacé par Netflix, Disney va mener la plus importante acquisition de sa longue histoire. Jeudi 14 décembre, le créateur de Mickey a officialisé le rachat de la majeure partie de la 21st Century Fox, le groupe de cinéma et de télévision fondé par Rupert Murdoch. En plus de renforcer sa position de numéro un au box-office mondial, la société mettra la main sur un immense catalogue de films et de séries lui permettant d'enrichir l'offre de streaming vidéo qu'elle lancera début 2019.

LE RÉSUMÉ

Disney s'empare de 21st Century Fox et se prépare ainsi à la bataille à venir pour les contenus sur les services de streaming.

Il espère finaliser l'opération en 12 à 18 mois.

Cette opération s'inscrit dans la volonté de Disney de s'orienter davantage vers un modèle direct de distribution, de plus en plus privilégié par les consommateurs qui abandonnent leurs abonnements au câble ou au satellite. Elle va provoquer une "transformation majeure sur le marché du streaming", prédit Daniel Ives, analyste chez GBH Tech Insights. Elle pourrait en effet contrarier les ambitions de Netflix, d'Amazon voire d'Apple, qui commence à investir dans la vidéo.

Le groupe californien va procéder par échange d'actions, pour un montant de 52,4 milliards de dollars. Il reprendra également pour 13,7 milliards de dettes. Il espère finaliser son acquisition dans un délai de 12 à 18 mois, le temps de recevoir le feu vert des autorités de la concurrence. Pour faciliter l'intégration, Bob Iger, le patron de Disney, a de nouveau repoussé son départ à la retraite. Il restera en poste jusqu'à la fin 2021.

Implications multiples

Disney va racheter les studios de cinéma et de télévision de Fox, les chaînes FX et National Geographic, l'ensemble des chaînes locales consacrées au sport, le groupe de télévision indien Star, les 39% détenus par Fox dans le bouquet satellite européen Sky et la participation de 30% dans la plateforme américaine de streaming Hulu. En revanche, le réseau de chaînes Fox (Fox News, Fox Business News, et Fox Sport) restera sous le contrôle de Rupert Murdoch.

Pour Disney, ce rachat a de multiples implications. Côté cinéma, la société va posséder des franchises à succès, comme "Avatar", dont un deuxième épisode est en production, ou la "Planète des singes". Elle va également récupérer les "X-Men" et les "Quatre fantastiques", dont les droits avaient été cédés à Fox par l'éditeur de comics Marvel avant son rachat par Disney en 2009. Cela signifie davantage de films de super-héros, avec de potentiels croisements entre les divers univers.

Côté télévision, l'opération permet à Disney de prendre pied en Europe et en Inde alors que ses activités américaines sont en difficultés. Aux Etats-Unis, FX et National Geographic vont constituer de nouvelles sources de croissance. Et les 22 chaînes de sport de Fox vont lui permettre de conforter son leadership dans le domaine. "Cela pourrait contenir la hausse des droits de diffusion", estime Brian Wieser, analyste chez Pivotal Research. Or, les nouveaux contrats télé ont fortement amputé la rentabilité d'ESPN, première source de profits de Disney.

Bataille du streaming

Surtout, l'acquisition de Fox permet au groupe, presque centenaire, de préparer l'avenir. "Nous allons pouvoir accélérer notre stratégie de distribution directe", explique Bob Iger. En août, Disney a annoncé qu'il ne prolongerait pas son contrat le liant à Netflix. Il a aussi pris une participation majoritaire dans BAMTech, la société qui fournit l'infrastructure technologique de plusieurs plateformes vidéo, comme HBO Now.

"La raison fondamentale du rachat est la bataille à venir pour les contenus sur les services de streaming", estime Daniel Ives. Outre "Avatar" et "X-Men", Disney va mettre la main sur les anciens films de Fox, comme "Aliens", "Maman j'ai raté l'avion" ou encore la saga "Die Hard". La société rachète aussi des séries à succès: les "Simpsons", "The Americans", "Homeland", "This is us"... Autant de titres qu'elle pourra proposer sur sa future plateforme de streaming, dont le lancement aura lieu en 2019 aux Etats-Unis.

L'entreprise proposera d'autres services: une offre sportive centrée autour d'ESPN, et potentiellement enrichie par les chaînes Fox Sport; Hulu, dont Disney contrôlera désormais 60% du capital; et FX +. En Inde, Disney détiendra aussi la plateforme Hotstar. "Cela va leur permettre de tester plusieurs modèles pour savoir lesquels fonctionnent le mieux", avance Brian Wieser.

21ST CENTURY

nChiffre d'affaires de 28,5 milliards de dollars pour l'exercice 2016/17. Bénéfice net de 2,95 milliards

n21.700 employés

nTélévision: FX (US), National Geographic, Star (Inde), 39% de Sky (Europe)

nStudios TV & cinéma: Fox, Century 20th

nAutres: Hulu (33%, plateforme de streaming)

DISNEY Co

nCréation en 1923

nChiffre d'affaires de 55,6 milliards de dollars en 2016 (+ 6%). Bénéfice net de 9,6 milliards (+ 12%)

n195.000 employés

nTélévision: ESPN, Disney Channels, Freeform (ABC)

nParcs à thèmes: Disney World Resort, Disneyland Resort, Disneyland Paris, Honk Kong, Shanghaï, Tokyo

nStudios cinémas: Walt Disney Pictures, Pixar, Marvel, Lucasfilm, Touchstone, DreamWorks

nAutres: Vice (web média), Maker Studios (web TV), Hulu (33%, streaming)

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect