Ecoplast Technology mise sur la plasturgie

Ecoplast peut fabriquer de petites séries pour personnaliser des séries spéciales dans l'automobile. ©© Facebook

Cofondée en 1985 par Eric Vanhamme, toujours administrateur délégué, et Bernard Gonsette, lequel a quitté la société l'an dernier, Ecoplast Technology occupe, avec ses 35 collaborateurs, une place singulière en Europe.

Elles ne sont en effet que quatre sur le Vieux continent - et la société de Gosselies est la plus modeste et la plus récente sur ce marché - à pouvoir proposer des pièces en résine spéciale (procédé breveté chez Ecoplast) pour des petites et moyennes séries, soit de 500 à 1.000 pièces par mois.

"Nous disposons de notre bureau d'études, de trois designers maison, et nous fabriquons notre outillage et nos moules au départ de nos résines afin d'offrir à nos clients les prix les plus compétitifs possibles", explique Eric Van Hamme.

Le secteur automobile (tous les constructeurs français, Honda, Nissan...), essentiellement aujourd'hui pour des séries spéciales, assure encore 60% du chiffre d'affaires d'Ecoplast. La PME carolo a conçu et fabrique pour ces voitures "spéciales" des ailerons, des kits sports, des bas de caisse, des protections de capot... "en fonction aussi des pays où ces voitures sont vendues", souligne le CEO.

Ecoplast s'est forgé également une réputation dans le maritime, notamment pour le français Bénéteau, sans oublier, percée plus récente, des pièces pour le design classique (voir artistique) ou industriel.

"L'an dernier, nous avons renforcé notre équipe commerciale avec quatre personnes qui sillonnent l'Europe entière pour vanter notre savoir-faire dans la plasturgie", poursuit Eric Vanhamme.

L'heure est donc à la diversification, qui porte déjà ses fruits puisque pour 2016, la hausse du chiffre d'affaires (3 millions en 2015) sera au moins de 30% "avec les contrats déjà signés".

Des bases assainies

Visiblement reparti sur des bases assainies, Ecoplast a connu en 2013 et 2014 des moments difficiles avec, quasi conjointement, le départ d'un des cofondateurs et l'arrêt brutal (embargo US) des commandes de Renault en Iran, soit une perte de 20% du chiffre d'affaires!

Si de nouveaux actionnaires privés sont venus en appui d'Eric Vanhamme (54% du capital ensemble), la Sogepa détient depuis l'an dernier le solde du capital qui a été porté à 3,5 millions d'euros.

Dès 2017, Ecoplast devrait dupliquer sous licence et hors Belgique des fabrications très spécifiques utilisant ses résines, ses outillages et ses technologies brevetées. Hugo Leblud

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect