1

Équiper sa maison d'un poêle à pellets, c'est réaliser jusqu'à 40% d'économie

©RV-DOC

De plus en plus d'acteurs de la grande distribution vendent des poêles à pellets à prix cassés. En tenant compte des combustibles, de l'installation et de l'entretien, quel budget faut-il prévoir pour ce chauffage d'appoint?

Avec le retour de l'automne, les soirées sont de plus en plus fraîches. À défaut de feu ouvert et par souci d'économies, certains d'entre nous hésitent à déjà rallumer le chauffage. Et si c'était le moment d'investir dans un poêle à pellets? Les grandes enseignes de bricolage débordent d'offres alléchantes à moins de 1.000 euros, et le pellet est un combustible réputé assez bon marché. En outre, contrairement aux poêles à bois, ces poêles sont programmables (ils peuvent s'allumer par exemple une heure avant de rentrer à domicile) et réglables (la température dégagée est modulable).

Convaincu? Si oui, prenez la peine d'étudier la question au lieu de vous précipiter sur une offre bon marché de la grande distribution. "Nos prix sont un peu plus élevés que ceux des enseignes de bricolage mais ils se justifient car nous offrons un service après-vente, un suivi des pièces et un service technique sur toute la Belgique", répond Olivier, un employé de "Cheminées et feux", un magasin spécialisé en poêlerie à Wavre. "Or, si vous achetez un poêle dans la grande distribution, en cas de pro- blème, vous devrez le ramener au service après-vente. Vous ne le reverrez plus avant plusieurs mois, surtout s'il doit être renvoyé en Chine. Et si vous devez changer une pièce dans trois ans, vous n'êtes pas du tout sûr de la trouver car les marques vendues dans la grande distribution changent quasi chaque année."

Combien ça coûte?

Dans le réseau professionnel, le prix des poêles à pellets varie entre 1.395 et 4.500 euros (HTVA) selon la puissance de l'appareil (qui doit être choisie en fonction du volume de la pièce à chauffer), de son esthétique et des finitions. "Pour un poêle programmable, il faut compter au minimum un budget de 2.000 euros".

À moins d'être bon bricoleur, il faut y ajouter les frais d'installation par un professionnel agréé qui tournent autour des 300 euros (HTVA), voire le double en fonction de la complexité des travaux à entreprendre. Par exemple, si l'habitation n'est pas équipée d'une cheminée, il faudra faire un percement extérieur pour permettre l'évacuation des fumées.

Et qui dit cheminée dit travaux d'entretien annuels! "Le poêle doit être démonté et nettoyé par un professionnel tous les 2.000 kilos de pellets consommés", explique Richard, un employé des "Établissements Pierart" à Wavre. Olivier, de "Cheminées et Feux", parle d'une durée de 2.000 heures d'utilisation.

L'entretien

Cette opération revient à 140 euros (HTVA) et ne comprend pas le ramonage de la cheminée. Pour garantir son fonctionnement optimal, le poêle doit être entretenu au moins une fois par semaine par l'utilisateur. Il suffit de nettoyer le carreau et de vider le bac à cendres. "Il m'est arrivé de devoir le nettoyer tous les jours lorsque je l'avais rempli avec des pellets de très mauvaise qualité. Avant d'acheter une palette, je recommande donc toujours de tester l'encrassement produit par une marque, en commençant par acheter 2 ou 3 sacs", explique Olivier.

La quantité de pellets à prévoir pour une semaine ou un mois est difficile à définir car elle dépend d'une série de paramètres dont la température désirée, la taille de l'espace à chauffer, la température extérieure et le niveau d'isolation de la maison. "Avec un sac de pellets, on peut donc tenir en moyenne au minimum 13 heures et maximum 40 heures. Quand il fait très froid en hiver, j'utilise personnellement 1 sac par jour (15 kilos), ce qui revient plus ou moins à 3,60 euros."

Le pellet n'est pas le seul "combustible" du poêle. Il faut aussi tenir compte de l'électricité nécessaire à son allumage et pour brûler les pellets. L'allumage consomme 300 watts durant 5 à 8 minutes et le brûlage (utilisation du ventilateur comprise) environ 40 watts par heure.

Investissement rentable?

Placer un poêle à pellets dans la pièce de vie de l'habitation, c'est la garantie de voir baisser la consommation d'une chaudière au gaz ou au mazout. D'après Energreen, un spécialiste de la production d'énergie verte, cette économie peut se chiffrer jusqu'à 40% sur une facture de chauffage. "Selon les cas, le poêle à pellets se rembourse donc en 4 à 8 ans."

Si vous êtes tenté par ce chauffage d'appoint, n'attendez pas les premiers grands froids pour vous équiper. Hors période de rush, la livraison et l'installation prennent au total une quinzaine de jours au minimum et maximum un mois.

Contenu sponsorisé

Partner content