Erowz, l'agrégateur de petites annonces cartonne

Il a fallu deux ans de recherche pour mettre au point les outils de collecte et les algorithmes de structuration des offres. ©© erowz

La start-up belge collecte, structure et met en ligne des millions d'offres de produits de seconde main dans 14 pays et 7 langues.

Fondée en 2011 par Bart Verschueren (ex-eBay) ,Vincent Vandegans (ex-consultant en e-commerce) et un autre actionnaire non actif, "eRowz" connaît une croissance que l'on peut qualifiéer d'effrénée. Cette start-up hennuyère, basée avec ses 17 collaborateurs dans un centre d'entreprise à Enghien, a vu son chiffre d'affaires grimper de plus de 65% chaque année depuis trois ans!

L'exercice en cours devrait hisser la performance d'eRowz, qui n'a par ailleurs aucune dette et qui réinvestit plus de 60% de ses profits chaque année, aux alentours de 2,2, voire 2,4 millions d'euros.

Chaque mois, dans les 14 pays où opère actuellement la start-up via une plate-forme propre dédiée, pas moins de 7 millions de visiteurs sont enregistrés et utilisent donc le moteur de recherche développé par l'équipe IT.

Le modèle économique déployé par eRowz est, à en croire ses jeunes fondateurs, encore unique au monde!

Le métier d'eRowz est de collecter, par pays et sur toutes les plate-formes disponibles, des millions d'offres de produits puis de les structurer/classer avec des outils d'analyse sémantique. Il a fallu deux ans de recherche pour mettre au point les outils de collecte et les algorithmes de structuration des offres.

2,5 cents par visite

Si la collecte des données disponibles sur le marché ne coûte pas un cent à eRowz, la société se rémunère par les "clics" des clients sur les sites de ventes référencés (e-Bay, Amazone, etc.) pour une moyenne de 2,5 euros cents par visite.

Fort du gigantesque trafic généré et de l'expérience acquise depuis cinq ans, eRowz va élargir son offre à l'immobilier et à l'automobile. L'autre challenge, imminent lui aussi pour eRowz, est de s'implanter très rapidement en Amérique latine ainsi qu'aux USA, où le nom du futur site de vente vient d'être acquis pour...250.000 USD!

Le marché de la "seconde vie" ou de l'occasion en général, avec le secteur des vêtements et accessoires qui décuple les offres en millions d'articles, restera le créneau d'eRowz. Même si ses deux dirigeants s'apprêtent aujourd'hui, puissants algorithmes à l'appui, à bousculer le juteux marché de l'immobilier et de la voiture d'occasion.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content