L'accélérateur de start-ups bruxelloises en e-santé prend sa vitesse de croisière

L'accélérateur bruxellois MedTech, qui avait pris son envol l'an dernier en soutenant quatre jeunes entreprises actives dans les dispositifs médicaux et l'e-santé, est à présent rodé. La deuxième édition lancée en février dernier a permis d'accompagner dix entreprises naissantes.

La Région bruxelloise, qui peut s'appuyer sur un tissu universitaire et hospitalier de qualité, souffre par contre d'un manque d'espace disponible pour le déploiement d'une activité industrielle. Elle a donc choisi de favoriser le développement d'activités entrepreneuriales en santé digitale et en dispositifs médicaux.

Le résultat est là. Aujourd'hui, 60% des start-ups belges actives en e-santé sont bruxelloises. "L'industrie de base est confrontée à une concurrence terrible. D'où la nécessité d'avoir un regard sur de nouveaux secteurs comme les technologies médicales ou d'autres initiatives créatrices de valeur", souligne Didier Gosuin (DéFI), ministre bruxellois de l'Économie et de l'Emploi.

Soutenu par une aide financière de 100.000 euros du Feder (Fonds européen de développement régional), lifetech.brussels, le cluster bruxellois consacré aux sciences du vivant, a donc mis sur pied des programmes d'accélération s'appuyant sur trois piliers. Le premier consiste à donner à l'entrepreneur toutes les informations (légales, cliniques...) nécessaires sur le secteur et sur l'environnement dans lequel il évoluera. Les responsables des start-ups sont également initiés aux concepts entrepreneuriaux, avec lesquels des personnes venues en général du secteur hospitalier sont peu familiarisées. Enfin, un coaching est prévu sur la manière de présenter le projet, notamment aux investisseurs potentiels.

À entendre les commentaires des jeunes entrepreneurs, le résultat est probant. "Le fait de bénéficier de l'accélérateur très tôt dans le processus entrepreneurial a permis de bien établir un cahier des charges, de nous consacrer au volet scientifique et d'intégrer la compréhension des besoins du public cible potentiel", dit Gabriel Abedrabbo, dont la société, SpineDyn, développe une solution pour aider les chirurgiens à améliorer la planification chirurgicale de la colonne vertébrale en utilisant un modèle biomécanique.

Le cluster lifetech.brussels est prêt pour la 3e édition. Et voit plus loin. "Nous devons être à même d'assurer un suivi des sociétés soutenues, dit Azèle Mathieu, directrice du cluster bruxellois. À terme, l'idée est de trouver un business model pour l'accélération, notamment en nous appuyant sur d'autres soutiens financiers."

Contenu sponsorisé

Partner content