L'alchimie d'une formation chambriste

©doc

Dvorak, "Piano trios op.65 et 90"

NNNNn

Busch Trio, 1 CD Alpha

Dès 2002, ils avaient choisi Londres pour y parfaire leur formation de solistes. Ce n'est cependant qu'en 2012 que les Israéliens Omri Eptsein (piano) et Ori Epstein (violoncelle) et le Néerlandais Mathieu Van Bellen (violon) allaient se lancer dans l'aventure du Trio Busch, nom choisi en hommage au grand violoniste allemand. La maturation a porté ses fruits. Ce trio "anglais", qui remportait plusieurs prix internationaux dès l'année de sa création, est désormais artiste en résidence à la Chapelle musicale Reine Élisabeth. Le Trio Busch est bien sûr présent ce samedi, lors de la " garden party" riche de concerts que la Chapelle organise désormais à destination du grand public. Pour ouvrir cette intégrale (quatre albums annoncés) des trios, quatuors et quintettes d'Anton Dvořák, ce premier CD a retenu deux des plus célèbres trios à clavier: le sombre et nostalgique op.65 (1883) et le plus tardif "Dumky" op.90 (1892), aux accents bohémiens. Un choix judicieux, par sa popularité, pour amorcer l'histoire de l'un des plus enthousiasmants trios avec piano de la jeune génération. Sa musicalité évidente - que de travail là-dessous! -, et sa vision symbiotique d'un répertoire riche de mille nuances relèvent de l'indicible. Telle l'alchimie, par essence indéfinissable, qui unit les membres d'une formation chambriste, elle ne s'explique pas. Elle se vit, s'écoute, se partage.

Stéphane Renard

Contenu sponsorisé

Partner content