L'auteur de l'attentat de Nice a le profil du loup solitaire

Pour l'Israélien Boaz Ganor, un des plus éminents experts en contre-terrorisme, l'attentat de Nice pourrait être l'oeuvre d'un loup solitaire. Un type de terroriste qu'il décrypte.

L'attaque de Nice est inédite dans cette partie de l'Europe. Jamais auparavant un homme seul ne s'était emparé d'un camion pour se précipiter dans la foule et massacrer le plus de gens possible, avant d'achever son crime avec une arme de poing. Pour l'Israélien Boaz Ganor, fondateur et directeur de l'Institut international pour le Contre-terrorisme (ICT) à Herzliya, au nord de Tel Aviv, Mohamed Lahouaiej Bouhlel a tout du loup solitaire. Une analyse que cet éminent expert du terrorisme entoure des précautions d'usage, l'enquête ayant à peine démarré.

"Vous ne connaissez pas ce genre d'opération terroriste en France et en Belgique. Mais elles sont de plus en plus courantes en Israël, aux Etats-Unis et dans d'autres grandes villes du monde", explique-t-il.

Typologie du terrorisme

Boaz Ganor a dressé une typologie du terrorisme. "Il y a trois types d'auteur. Le loup solitaire est un individu sans lien avec aucun groupe terroriste, comme Daech ou Al-Qaïda. Mais il est inspiré par les arguments de ces groupes. Il se voit comme un activiste, alors qu'il ne l'est pas."

La deuxième catégorie de terrorisme est celle du réseau local indépendant. "C'est un groupe de deux ou trois loups solitaires, des amis ou les membres d'une même famille qui se radicalisent pendant plusieurs années. Ils n'appartiennent à aucun groupe comme Daech, même s'ils s'identifient comme activistes."

Le troisième type est celui des terroristes organisés, entraînés par Daech et détenteurs d'une mission précise. "C'est le cas des attaquants de Zaventem, de Paris et, plus récemment, d'Istanbul", poursuit Boaz Ganor.

Chacun de ces auteurs adopte un mode opérationnel particulier. Les activistes organisés se livrent à des attaques suicides, en utilisant des armes de guerre et des explosifs au maniement desquels ils sont entraînés. Le loup solitaire et le réseau local indépendant n'utilisent pas l'attaque suicide, mais des armes de poing, des voitures ou un camion.

De quelle catégorie de terroriste fait partie Mohamed Lahouaiej Bouhlel? "Je dois être prudent, les faits sont récents. Mais en jugeant à partir du mode opérationnel, il s'agirait d'un loup solitaire, répond Boaz Ganor. Il se voyait probablement comme un membre de l'Etat islamique. D'ailleurs, il n'est pas impossible que ce groupe terroriste finisse par revendiquer cette attaque."

Daech n'a pas encore revendiqué l'attentat à l'heure de mettre sous presse, mais sur les réseaux sociaux, les comptes liés à l'organisation terroriste "célébraient" l'attentat.

Une perquisition menée vendredi au domicile supposé du chauffeur du camion plaide en ce sens. L'homme, âgé de 31 ans et né en Tunisie, est décrit par ses voisins comme étant "solitaire" et "silencieux". Il n'avait pas l'apparence d'un religieux. Il était connu pour des faits de violence, mais n'avait aucun lien connu des services de renseignement avec une mouvance radicale. Cela n'exclut pas qu'il ait pu se radicaliser en prison. La suite de l'enquête devrait déterminer s'il a agi de son propre chef ou s'il était un membre d'une cellule.

Un défi pour la prévention

"L'attaque du loup solitaire est un vrai défi car on est incapable d'avoir des signes ou des avertissements qui permettraient de la prévenir, ajoute Boaz Ganor. Son auteur prépare tout seul l'opération et ne communique avec personne. Les services de renseignement ne peuvent rien y faire."

Ce type d'attentat augmente depuis quelques années, ce qui a permis aux services américains et israéliens de cerner certaines constantes. "Dans de nombreux cas, l'auteur isolé publie une déclaration sur les réseaux sociaux, Twitter ou Facebook, pour prévenir de l'attaque, précise-t-il. Dans ce cas, l'utilisation de technologies d'open source est un élément essentiel pour dépister un attentat avant qu'il ne se produise."

Le loup solitaire n'émerge pas spontanément. Il suit une vague d'attaques, s'inspire peu à peu des théories d'un groupe de terroristes auquel il finit par s'identifier. Les terroristes, quant à eux, oeuvrent sans relâche pour créer ce type de vocation.

"Le Hamas, Al-Qaïda, Daech... Tous encouragent les loups solitaires. Mais il faut reconnaître que Daech est le plus sophistiqué. Ils ont la maîtrise des technologies de communication et utilisent activement les réseaux sociaux. Leur propagande est créée pour inspirer les solitaires", avertit l'expert.

De fait, "en septembre 2014, le porte-parole de Daech, Abou Mohammed al-Adnani, a publié un communiqué mentionnant l'utilisation des véhicules et incitant les sympathisants de mener des attaques contre les infidèles de l'Occident, précise Ely Karmon, chercheur à l'ICT. Dans ce communiqué, il est écrit que si vous ne pouvez faire exploser une bombe ou tirer avec une arme à feu, arrangez-vous pour vous trouver seul avec un Français ou un Américain infidèle et frappez-le avec une pierre, un couteau, roulez sur lui avec votre voiture, jetez-le d'une falaise, étranglez-le ou empoisonnez-le."

Prévention et résilience

Boaz Ganor n'exclut en rien d'autres attentats à brève échéance. "L'Europe centrale, la France et la Belgique, affrontent une nouvelle vague de terrorisme. Et je n'ai pas peur de dire que nous ne sommes pas arrivés au pic de cette vague", dit-il.

L'un des premiers objectifs d'une attaque terroriste est de frapper l'imaginaire et d'entamer la confiance des citoyens. Après un attentat, la mission des pouvoirs publics est de restaurer la confiance. "Il faut travailler sur deux axes, la prévention et la résilience, ajoute-t-il. La prévention suppose que tout citoyen soit attentif à ce qui se passe et qu'il réagisse en cas d'acte suspect."

La résilience, après l'attentat, est toute aussi importante. "Après qu'une attaque est survenir, il faut retourner au plus vite à la vie normale. À Tel Aviv, un attentat peut avoir lieu le matin, l'après-midi, tout est nettoyé, remis en place. Nous ne voulons donner raison au terroriste car il s'attaque à notre mode de vie."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect