L'ex-patron des radios de RTL rachète deux réseaux provinciaux

jean-françois sacré

Nouveau départ pour Éric Adelbrecht. Ecarté de la direction des radios de RTL Belgium (Bel RTL, Contact), il rebondit doublement. Il a racheté un restaurant italo-espagnol à Namur, ville dont il est originaire, et diversifié ses activités dans la radio. "Je reste conseiller technique de RTL sur l'évolution du média, ses modes de consommation, ses outils comme le DAB +, mais plus sur les aspects liés aux deux futurs plans de fréquences FM et DAB +."

Et pour cause, Eric Adelbrecht devient lui-même opérateur et donc, concurrent potentiel de Bel RTL et de Contact puisqu'il a racheté deux des quatre réseaux provinciaux: Must et Maximum. Le premier couvre le Luxembourg et Namur, le second, Liège. Must était détenu par Sam Tabart. Trop occupé par le développement du réseau grand-ducal L'Essentiel Radio, il a passé la main. Idem pour Luc Hoven, fondateur de Maximum.

Actif dans la radio depuis 1981, il souhaitait passer à autre chose, notamment dans l'immobilier. Tous deux n'avaient en outre plus trop l'énergie de se lancer à nouveau dans de lourds dossiers d'obtention de fréquences dans le cadre des futurs plans FM et DAB +.

Depuis 2016, les deux réseaux opéraient en reprenant des programmes, le format "pop-rock" et le ton de Mint, troisième réseau RTL Belgium, recalé lors du plan FM de 2008. Moyennant quoi, ils avaient pu accéder à la publicité nationale via IP, la régie de RTL. "Les deux radios sont à l'équilibre et le partenariat publicitaire sera conservé, on verra si on peut l'étendre à la pub locale", explique Eric Adelbrecht qui entend améliorer leur chiffre d'affaires (de 350.000 à 400.000 euros chacun). Outre la pub, d'autres synergies seront développées: production, partenariats, RH (10 collaborateurs), des animateurs pouvant être amenés à travailler sur les deux radios.

Pour les différencier sur le marché, Eric Adelbrecht veut leur redonner le côté provincial et local qu'elles avaient un peu perdu avec Mint. Le format musical sera axé sur les 40-45 ans. Chaque radio aura sa programmation propre, mais la tonalité musicale sera la même. "Nous mettrons davantage en avant l'activité sociale, économique et culturelle locale", assure le nouveau propriétaire.

Pour Eric Adelbrecht, ce recentrage sur leurs racines est aussi le meilleur moyen pour les deux radios de séduire le CSA, qui attribue les fréquences, dans le cadre du futur double plan FM et numérique dont l'appel d'offres est imminent. Il reconnaît qu'il prend un certain risque en rachetant ces deux radios qui, pour autant que d'autres candidatures voient le jour, ne sont pas sûres de conserver de facto leurs fréquences.

J.-F. S.

Publicité
Publicité

Echo Connect