La fintech mozzeno veut lever 1,5 million d'euros

Six mois après son lancement, la plateforme de financement entre particuliers a contracté un prêt convertible de 300.000 euros. Objectif: poursuivre le développement commercial avant une levée de fonds programmée pour la fin de l'année.

Pour continuer l'aventure, la fintech belge mozzeno vient de contracter un prêt convertible de 300.000 euros auprès du fonds d'investissement wallon W.IN.G. (géré par la SRIW) et d'investisseurs privés. Ce prêt doit permettre à la plateforme digitale de financement entre particuliers de poursuivre son développement, avant une levée de fonds d'1,5 million d'euros programmée pour la fin de cette année.

"Vu le temps pris à obtenir les agréments, la plateforme a été lancée quelques mois plus tard que prévu au moment de la première levée de fonds" (465.000 euros en mai 2016), situe Xavier Laoureux, cofondateur de la start-up avec Frédéric Dujeux (40 ans tous les deux). "Ce prêt doit nous permettre de démontrer une accélération dans notre développement qui passe par l'acquisition de clients."

Entre particuliers

Mozzeno met en lien des emprunteurs et des investisseurs particuliers. Entre les deux, la fintech agit en tant qu'intermédiaire financier: agréé par la FSMA (l'autorité des services et marchés financiers) en tant que prêteur en crédit à la consommation, mozzeno octroie les crédits et les finance par titrisation, en émettant des obligations (des notes) auxquelles les investisseurs souscrivent. Il ne s'agit donc pas de peer-to-peer à proprement parler puisque le prêteur est mozzeno. Mais les fonds sont bien apportés par des particuliers.

Six mois après le lancement de la plateforme, où en est-on? Quelque 2.500 demandes de prêts ont été introduites, 350 ont été pré-approuvées et 60 prêts ont effectivement été octroyés, pour un montant moyen de 4.500 euros. Bref, mozzeno doit encore allonger la foulée.

Besoin de prêteurs

Le défi pour la firme, c'est d'attirer un nombre suffisamment grand de prêteurs pour diluer le risque pris par chacun. "Il y a aujourd'hui 650 comptes investisseurs, c'est deux fois plus qu'il y a un mois. Plus nous aurons de prêteurs, plus le volume de prêts se développera puisque le but est de répartir le risque entre prêteurs."

Pour évaluer le profil des candidats emprunteurs, mozzeno se base sur son propre scoring et sur celui de l'assureur-crédit Atradius. Ce dernier assure aussi les prêts accordés par la start-up, la couverture variant de 60 à 100% selon le niveau de risque du crédit.

Mozzeno vient d'adapter ce système de garantie et permet désormais aussi une couverture à 100% des prêts plus risqués. "Une protection à 100% réduira le rendement pour l'investisseur mais, de cette façon, il peut choisir la sécurité s'il le souhaite. Cela devrait attirer plus d'investisseurs."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect