La jeune wallonne Elium séduit un fonds français et lève 4 millions d'euros

Antoine Perdaens et Raphaël Briner, un de ses associés, s'apprêtent à engager jusqu'à 30 personnes.  ©© Elium

Dans le marché des réseaux sociaux d'entreprise, Elium a fait son trou dans le créneau des plateformes de partage de connaissances faciles d'accès mais à la pointe de la technologie. Serena Capital et la SRIW croient fermement en son potentiel.

Une jeune entreprise wallonne active dans les outils collaboratifs professionnels vient de lever 4 millions d'euros, dont trois auprès d'un fonds d'investissement français, pour financer son développement en Belgique et à l'international. Elle s'appelle Wathever, opère sous le nom commercial d'Elium (et sous celui de Knowledge Plaza jusqu'en mars dernier), est basée à Mont-Saint-Guibert, emploie 20 personnes et compte parmi ses clients des signatures prestigieuses comme Capgemini Consulting, Lafarge Holcim, BNP Paribas ou L'Oréal. Le holding public wallon SRIW, qui figurait déjà dans son tour de table, lui a apporté un million d'euros, tandis que le fonds français Serena Capital lui a injecté le solde. Une jolie marque de confiance pour une société qui, jusqu'ici, avait surtout sollicité des business angels et totalisait pour 1,8 million de capital social.

"Serena Capital est un fonds conçu par des entrepreneurs pour les entrepreneurs, souligne Antoine Perdaens, le CEO d'Elium. Ses fondateurs, qui ont beaucoup d'expérience, sont là non seulement pour investir, mais aussi pour aider et accompagner les sociétés participées, ce qui nous convient parfaitement."

Un métier en plein essor

Fondée en 2008 par Antoine Perdaens et trois associés, Elium a fait son trou dans le marché des plateformes collaboratives centrées sur le partage des connaissances. "Deux tendances de fond se développent sur le marché du travail, explique-t-elle dans un communiqué: d'un côté, les salariés sont de plus en plus dispersés (télétravail...), et de l'autre, ils restent moins fidèles à leur entreprise. Garder la connaissance et la partager au sein de l'entreprise devient donc primordial."

C'est là qu'intervient Elium: la plateforme qu'elle déploie permet d'assurer la collaboration et le partage des données et des bonnes pratiques au sein de la société cliente. D'utilisation aisée, la plateforme est proposée en mode SaaS, ce qui signifie qu'elle est gérée par Elium sur son propre serveur. Chaque client lui paie un abonnement annuel, calculé en fonction du nombre d'utilisateurs. Les mises à jour sont effectuées en continu par Elium qui, de son côté, poursuit le développement de son outil (R & D axée sur les data et l'intelligence artificielle, etc.).

Pour des raisons historiques, Elium a rencontré un succès rapide auprès de clients français, où le bouche à oreille a bien fonctionné. Conséquence, elle réalise aujourd'hui près de 70% de son chiffre d'affaires dans l'Hexagone. Elle vend aussi en Belgique, en Suisse, au Royaume-Uni, dans les autres pays voisins et un peu aux Etats-Unis. Ajoutons qu'elle est profitable, ce qui est plutôt rare dans les dossiers de levée de fonds à un stade précoce: elle a dégagé un petit bénéfice ces trois dernières années (31.000 euros en 2016).

Grandir et recruter

L'apport de capitaux frais lui permettra de structurer son activité de recherche appliquée, d'accélérer le déploiement de sa plateforme auprès des sociétés de services, des industries en transformation (énergie, transport,...) et des associations ou gouvernements, d'augmenter les connecteurs de sa plateforme et, last but not least, de recruter. "Nous allons engager du monde, précise le CEO: on passera de vingt à quelque cinquante collaborateurs. Cette année encore, on va ouvrir dix postes. Nous cherchons des commerciaux, des responsables marketing, des gens pour l'accompagnement de clients et pour le développement."

Elium

-Fondée en 2008 et établie à Mont-Saint-Guibert, Whatever SA opère sous le nom commercial d'Elium depuis mars dernier.

-Capgemini Consulting, Lafarge Holcim, le Comité international de la Croix-Rouge et BPP figurent parmi ses clients.

-Serena Capital et la SRIW y injectent 4 millions d'euros, de quoi porter son capital à 5,8 millions.

-L'entreprise emploie 20 collaborateurs et va passer à près de 50.

-Elle réalise 70% de ses ventes en France.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect