La réforme fiscale américaine profite aux actionnaires d'Apple

©© AFP

Après l'adoption du Tax Cuts and Job Acts en décembre - qui a notamment ramené de 35% à 21% le taux de l'impôt sur les sociétés (IS) et qui assujettit les multinationales à un impôt ponctuel sur les bénéfices engrangés à l'étranger -, les analystes avançaient qu'Apple rapatrierait une bonne partie de ses 252 milliards de dollars conservés hors des Etats-Unis. Ils ne se doutaient sans doute pas à quel point le groupe à la pomme en profiterait pour remercier ses actionnaires à l'occasion de la présentation de ses résultats trimestriels.

LE RÉSUMÉ

Grâce à un régime fiscal avantageux, le groupe à la pomme annonce un nouveau programme de rachat d'actions de 100 milliards de dollars.

Côté résultats, le bénéfice net d'Apple progresse de 25,3% au deuxième trimestre, alors que les ventes d'IPhone sont un peu inférieures aux attentes.

Les programmes de rachat se succèdent

Grâce à cette énorme trésorerie subitement libérée par un régime fiscal très avantageux, Apple a d'abord racheté 23,5 milliards de dollars d'actions durant son deuxième trimestre clos au 31 mars, un montant sans précédent pour une entreprise américaine, selon S&P Dow Jones Indices. Mais l'entreprise va, en outre, consacrer 100 milliards de dollars de plus aux futurs rachats de titres.

Ce nouveau gigantesque rachat vient s'ajouter à celui de 210 milliards entamé en 2012 et bouclé durant le trimestre en cours, soit avec neuf mois d'avance à peu près. Au vu de l'ampleur du nouveau programme, Apple ne lui a pas fixé de date de fin. "Nous ne donnons pas de date de fin au programme parce que le montant est vraiment très important, a dit aux analystes le directeur financier Luca Maestri. Mais nous voulons aussi être efficaces et racheter les titres au bon moment."

Notez également que ce nouveau programme de rachats dépasse de loin ceux de la concurrence. Les entreprises américaines ont annoncé en avril un total combiné de 50,4 milliards de dollars de rachats d'actifs financiers prévus contre 38,1 milliards annoncés en avril 2017, selon TrimTabs Investment Research.

Apple annonce également avoir mobilisé 3,2 milliards de dollars en dividendes et augmentera ces derniers de 16% à l'avenir. Au final, la somme qu'Apple a dégagée pour racheter des titres sur la période janvier-mars dépasse la capitalisation boursière de la plupart des entreprises composant l'indice S&P-500.

L'iPhone résiste

Apple a également annoncé ses "meilleurs résultats" pour un deuxième trimestre, marqués par une forte progression de son bénéfice net mais aussi par des ventes d'iPhone inférieures aux attentes. "Nous sommes heureux de pouvoir annoncer nos meilleurs résultats jamais présentés pour un 2e trimestre avec une forte croissance de nos revenus pour l'iPhone, les services et les produits connectés", a déclaré Tim Cook, P.-DG du groupe.

Les ventes du produit phare de la marque à la pomme, l'iPhone, se sont toutefois montrées un peu inférieures aux anticipations à 52,21 millions d'unités, contre 53 millions attendus par les analystes de la firme Factset.

"Aussi bons que les chiffres financiers puissent être, il y a quelques nuances moins satisfaisantes dans les tendances sous-jacentes, relève Neil Saunders, de GlobalData Retail. Les ventes d'iPhone ont progressé de 14% en valeur et ont l'air solides. Mais cela vient principalement de prix de vente plus élevés plutôt que d'une hausse des volumes qui s'est limitée à 3% sur un an."

Quoi qu'il en soit, le bénéfice net du groupe à la pomme a progressé de 25,3% à 13,822 milliards de dollars et le chiffre d'affaires de 15,6% à 61,137 milliards de dollars, tout juste supérieur aux attentes du marché qui étaient de 61 milliards de dollars. Apple a également livré des prévisions optimistes pour son 3e trimestre décalé 2017-2018 avec un chiffre d'affaires compris entre 51,5 et 53,5 milliards de dollars, là où le marché attend 52,04 milliards. afp/reuters

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect