La start-up bruxelloise Skwarel lève 700.000 euros

La SRIB, Innoviris, des business angels et les fondateurs renforcent le capital de cette PME bruxelloise qui a développé une application pour fiduciaires.

La start-up bruxelloise Skwarel renforce son capital. Elle a levé 700.000 euros auprès de plusieurs investisseurs. Via sa filiale Brustart, active dans le financement de jeunes entreprises innovantes, la SRIB a injecté 200.000 euros dans la société, deux business angels ont mis respectivement 150.000 et 50.000 euros, le fonds d'aide bruxellois à la recherche et au développement Innoviris 150.000 euros et les deux fondateurs Philippe Denis et Patrice Schellekens - qui voient leur participation diluée à 66% au lieu de 100% - 150.000 euros: "Nous espérons encore lever 100.000 euros d'ici la fin de l'année, mais ce n'est pas absolument indispensable", indique Philippe Denis.

Le but de cette opération, importante pour une PME de cette envergure - elle compte 5 personnes - est d'assurer le lancement à grande échelle de son application Web éponyme. Une fois connectée à un logiciel, Skwarel permet de digitaliser et de centraliser toute la communication, tant au sein de la fiduciaire qu'entre celle-ci et ses clients. "L'idée est de réunir en un seul endroit toutes les informations liées au dossier de chaque client", explique Philippe Denis. Cela va des pièces comptables aux discussions entre collaborateurs de la fiduciaire ou entre ceux-ci et leurs clients. L'outil propose aussi une messagerie automatisée et une série de tableaux de bord.

Skwarel est née dans le giron de la fiduciaire Comptaline qui a les mêmes fondateurs. Ceux-ci ont eu l'idée de mettre au point une fiduciaire paperless en développant une application ad hoc. "Au vu de son succès au sein de notre fiduciaire, nous avons décidé de commercialiser cette solution auprès d'autres fiduciaires en créant cette société", raconte Philippe Denis selon lequel plus de 1.000 PME envoient plus de 120.000 documents par an via Skwarel. L'ambition est d'atteindre d'ici deux ans plus de 30.000 entrepreneurs qui s'échangeront plus de 3 millions de documents. La société mise sur 100.000 euros de chiffre d'affaires en 2016 mais avec l'appel d'air provoqué par la levée de fonds, le business plan prévoit 600.000 euros en 2017 et 1,4 million en 2018. 

J.-F. S.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content