Le CEO d'Imagilys dans un panel au MIT

"Les troubles psychiatriques sont un enjeu de santé publique majeur." Laurent Hermoye, ceo d'imagilys ©BELGA

Le Belge Laurent Hermoye, patron d'une start-up bruxelloise spécialisée dans l'imagerie du cerveau, figure dans la liste des personnalités invitées par le président du MIT à améliorer le monde.

Disserter des différentes façons d'améliorer le monde devant un panel international réuni par le président de la meilleure université de la planète: c'est ce que s'apprête à faire dans quelques jours le jeune patron de l'entreprise bruxelloise Imagilys. Spécialiste de l'imagerie du cerveau et du développement des biomarqueurs, Laurent Hermoye, 36 ans, figure en effet dans la liste des personnalités invitées par le président du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Rafael Reif.

Celui-ci a entrepris de réunir à Boston du 5 au 8 octobre plus de 300 leaders d'horizons divers dans le cadre du projet "Solve". Le concept? Un condensé de conférences, de réunions et de groupes de travail, qui seront chargés de proposer des solutions concrètes aux principaux défis du monde, autour de quatre thématiques: "apprendre", "guérir", "alimenter" et "construire". Parmi les principaux orateurs de cette grand-messe sont annoncés notamment Eric Schmidt, président de Google, Ian Read, CEO de Pfize, et Ratan Tata, ancien président du géant industriel indien du même nom. C'est la première édition du genre, mais l'événement est appelé à se répéter car les membres de la communauté Solve se réuniront chaque année afin de suivre la réalisation sur le terrain des projets dont ils sont à l'initiative.

Troubles psychiatriques

Basée dans la capitale, Imagilys est spécialisée en neuroimagerie (imagerie du cerveau). Elle produit des logiciels d'analyse et de visualisation d'images du cerveau acquises par résonance magnétique (IRM) et par PET scan. Ces logiciels, vendus dans une quinzaine de pays dont les États-Unis, sont utilisés par les spécialistes pour le diagnostic et le suivi de maladies neurologiques, comme les accidents vasculaires cérébraux (AVC), le cancer du cerveau ou la sclérose en plaques. L'enjeu est de pouvoir accélérer et améliorer le développement de traitements, dont les tests cliniques sont parfois très longs.

Créée en 2005, la société, qui emploie six personnes, envisage également de s'attaquer aux troubles psychiatriques grâce aux biomarqueurs (caractéristiques biologiques mesurables). Un logiciel consacré à la maladie d'Alzheimer est actuellement en phase de test et devrait être commercialisé d'ici la fin de cette année.

Mal compris

"Les troubles psychiatriques méritent une attention particulière. Ils sont un enjeu de santé publique majeur, dont les mécanismes et les moyens de traitement sont encore mal compris", a expliqué Laurent Hermoye, qui se trouve déjà dans la cité américaine. Dans ce contexte, l'invitation à participer au projet Solve est vue comme une opportunité. "Nous n'avons pas encore de demandes de clients dans le domaine des troubles psychiatriques. Mais nous sommes tournés vers le futur. Il y a encore beaucoup à découvrir dans le domaine des troubles psychiatriques. Nous ne sommes pas capables pour l'instant de déceler par IRM des troubles bipolaires. L'imagerie médicale ne remplace pas la psychiatrie, mais elle lui vient en aide. Elle n'est pas totalement fiable et le diagnostic doit être confirmé par divers examens, comme les analyses génomiques. D'où l'intérêt de ce qu'on appelle les big data", a-t-il fait valoir.

Le pilier "Guérir" au sein duquel Laurent Hermoye sera impliqué, est présidé par le Dr. Phillip Sharp, professeur au MIT, prix Nobel de médecine et co-fondateur de la société de biotechnologie Biogen. Le CEO d'Imagilys participera également au pilier "Construire", à vocation plus entrepreneuriale.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect