Le futur hub de réalité virtuelle liégeois créera 200 emplois

Avant Liège, EON Reality a créé un Centre IDC à Laval en France, où ces lunettes de simulation chirurgicale ont été développées. ©AFP

Le projet de création d'un Centre digital interactif (IDC, Interactive Digital Center) dédié à la réalité virtuelle et augmentée prend forme à Liège. Porté par la société américaine EON Reality, leader dans le transfert de connaissances pour l'industrie et l'éducation, il est soutenu par la Région wallonne qui y intervient via la Sofipôle, la filiale du holding public SRIW axée sur les incubateurs et les nouvelles technologies. Le nouvel IDC doit être installé sur le site de Val-Benoît d'ici la fin de l'année et devrait créer, d'ici cinq ans, quelque 200 emplois directs et indirects.

Le résumé

Liège hébergera d'ici la fin de l'année un centre dédié aux technologies et applications de réalité virtuelle et augmentée.

Porté par EON Reality INC et la Sofipôle (SRIW), le projet doit déboucher sur la création de 200 emplois en cinq ans.

EON Reality Inc, c'est du lourd. Cette société qui n'a pas vingt ans d'âge (elle a vu le jour en 1999) est rapidement devenue un acteur majeur sur le marché international du développement de contenu en réalité augmentée et virtuelle. Elle s'est distinguée de la concurrence en concentrant ses efforts sur les logiciels et en délaissant les applications grand public comme les jeux vidéo pour mieux servir l'industrie et le secteur de l'enseignement. Elle s'est déployée hors des Etats-Unis en tissant un réseau de Centres régionaux (les IDC) qui fonctionnent sur un principe proche des Microsoft Innovation Centers (MIC). Toujours en association avec des partenaires locaux, chacun de ces Centres propose trois types d'activités: la formation aux technologies de réalité virtuelle et augmentée; la présentation d'une vitrine technologique sur les divers équipements et technologies disponibles; la création et la distribution de contenus via un studio animé par des équipes de développeurs. Les IDC sont donc à la fois des centres de formation, des showrooms et des développeurs d'applications industrielles susceptibles d'aboutir à la création de start-ups.

9,7 millions de capital

La future IDC liégeoise servira de "hub" pour le marché belge, mais également pour l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Autriche. Il est possible qu'EON Reality ouvre à l'avenir des centres satellites de Liège dans l'un ou l'autre de ces pays, mais la Cité ardente jouera un rôle phare dans cette expansion en Europe du Nord. L'Américain a déjà opéré de la sorte en France, où il a mis en place un IDC à Laval. Après quelques années de fonctionnement, celui-ci a déjà attiré ou suscité le lancement de 23 entreprises spécialisées.

Concrètement, le groupe californien et la Sofipôle ont fondé en Belgique une joint-venture. Baptisée EON Reality Belgium, la nouvelle société a été dotée d'un capital de 9,7 millions d'euros: 2,4 millions souscrits en cash (et libérés à 35%) par la Sofipôle et 7,2 millions par apport en nature effectué par EON Reality Inc. Le conseil d'administration de la joint-venture accueille entre autres Dan Lejerskar, le fondateur d'EON Reality, et Damien Lourtie, qui dirige le fonds d'investissement dans les start-ups numériques WING by Digital Wallonie (SRIW). Il comprend aussi le Français Yann Froger, qui s'occupe de l'IDC de Laval et qui pourra apporter son expérience aux "débutants" liégeois.

Des contacts ont par ailleurs été noués entre le nouveau Centre wallon et l'Université de Liège. L'ULg a l'intention d'implanter son centre de simulation virtuelle sur le site de Val-Benoît. Un voisinage qui devrait faciliter les synergies.

Pour l'économie wallonne, les attentes sont grandes. La Région, qui recense une trentaine d'entreprises actives dans la réalité virtuelle et augmentée, table sur le renforcement de ce secteur, l'avènement d'un écosystème puissant dans la production de contenus immersifs et interactifs, la création d'outils éducatifs innovants et un surcroît de dynamisme aussi dans le secteur du jeu.

EON Reality en bref

Basée à Irvine, en Californie, EON Reality développe des logiciels et solutions innovantes dans la réalité augmentée et virtuelle. La réalité augmentée permet d'améliorer ou de compléter la perception des utilisateurs d'écrans, de smartphones ou de casques en leur faisant voir des données ou des images superposées aux objets réels dans leur entourage. La réalité virtuelle plonge ses utilisateurs dans un environnement entièrement virtuel à l'aide d'un hardware et d'un logiciel. Les logiciels mis au point par EON Reality visent au transfert de connaissances dans trois secteurs: l'éducation, l'industrie et l'éducation par le jeu. Le groupe opère dans 36 pays et ses applications sont utilisées par plus de 36 millions de personnes. Il emploie 500 personnes et se déploie à l'international en ouvrant, avec des partenaires locaux. Contrairement à ses principaux concurrents (Google, Samsung, Infinity, Qualcomm, Microsoft, Oculus...), dans le secteur de la réalité augmentée et virtuelle, il s'est concentré sur le développement de contenu.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect