Mithra conclut avec Gedeon Richter son contrat le plus important

Mithra est en discussion avec plusieurs partenaires potentiels aux USA. ©Dries Luyten

Le groupe hongrois va commercialiser la pilule Estelle de la société liégeoise en Europe. En attendant un accord plus lucratif encore aux USA.

François Fornieri, le patron de Mithra, tient son - premier - méga contrat: l'entreprise pharmaceutique liégeoise a conclu un accord de licence et d'approvisionnement avec le groupe Gedeon Richter pour commercialiser Estelle, son contraceptif oral combiné, en Europe et en Russie.

La société hongroise commercialisera le produit sous une marque différente. Selon les termes du compromis, elle devra verser une avance totalisant 35 millions d'euros à la signature du contrat. Des paiements d'étapes additionnels pouvant atteindre 20 millions d'euros seront réalisés en fonction de l'aboutissement des étapes réglementaires liées au produit.

Mais ce n'est pas tout. Des royalties liées aux ventes seront payables à Mithra suite au lancement du produit. Selon François Fornieri, "ces royalties vont varier en fonction du niveau de vente. Il y aura des single digit (un seul chiffre, NDLR) très hauts pour la première partie des ventes. Lorsque la société Gedeon Richter aura atteint un niveau de rentabilité beaucoup plus élevé, Mithra percevra un double digit plus significatif en royalties". Mithra a aussi obtenu une garantie sur les revenus, le groupe hongrois s'étant engagé à acheter une quantité minimale annuelle.

L'oeil attentif de la FSMA

L'annonce de cet accord s'est accompagnée d'une suspension du titre Mithra juste avant l'ouverture des marchés. La FSMA a indiqué être "dans l'attente d'informations additionnelles concernant le communiqué". Informations que l'entreprise liégeoise a fournies quelques heures plus tard. Le gendarme des marchés se montre particulièrement attentif vis-à-vis de Mithra, dont le cours a sérieusement grimpé depuis le début de l'année. Avec parfois quelques soubresauts, comme lors de récentes interrogations sur l'autre produit phare de Mithra, le Donesta, un traitement contre les effets néfastes de la ménopause.

Ce contrat est en tout cas, de loin, le plus important de l'histoire de Mithra a commenté le patron de la société spécialisée dans la santé féminine, en rappelant que le marché de la contraception en Europe et en Russie est estimé à 1,6 milliard d'euros par an. Pour donner une idée du potentiel, François Fornieri a fait valoir que "le benchmark, qui sont les produits à base de drospirénone (comme la pilule yaz, la plus vendue en termes de valeur sur le marché mondial, NDLR), représente en Europe environ 15% de parts de marché en Europe et 24% en Russie. Donc, si Gedeon Richter atteint 5% en Europe, soit un tiers de ce que le benchmark réalise, et 7,5% en Russie (aussi un tiers), leur chiffre d'affaires devrait être de 175 millions annuels, en fonction du prix accordé par les différentes autorités". Si on est pessimiste, Gedeon Richter pourrait dès lors réaliser un chiffre d'affaires de près de 3 milliards d'euros sur 20 ans avec la nouvelle pilule. Voilà pour la prévision la plus basse. À l'autre extrémité de la fourchette, les ventes pourraient atteindre 520 millions d'euros par an. "Il n'est pas difficile de faire le calcul...", a encore fait valoir François Fornieri.

Les premières autorisations de mises sur le marché de la nouvelle pilule pourraient tomber dans le courant de 2020. Le CDMO, l'usine de Mithra à Flémalle, est déjà en train de produire des comprimés d'Estelle. Mais le site liégeois est prévu pour fournir 25% des perspectives mondiales d'Estelle et de Donesta. "Gedeon Richter pourrait donc être un back up pour l'Europe", selon Fornieri.

La société liégeoise prévoit par ailleurs de communiquer les résultats de phase 3 pour Estelle aux USA début 2019. Il n'est toutefois pas exclu qu'un accord similaire à celui trouvé pour l'Europe soit conclu avant cette échéance outre-Atlantique, d'après le CEO de Mithra: "L'entreprise est en discussion avec quasiment l'ensemble de la planète pour la vente de licences d'Estelle et nous sommes en discussion aussi avec les USA. Il y a plusieurs partenaires potentiels. Je rappelle que le marché US est le double du marché européen. Le deal américain sera donc encore largement supérieur."

D'autres accords attendus

Des accords pour la commercialisation du nouveau contraceptif oral ont déjà été conclus avec le Brésil, le Japon et le Canada. Après l'Europe et les USA, François Fornieri évoque "l'Amérique latine (sauf le Brésil donc), l'Australie, l'Afrique du Sud. Mais aussi l'Inde et la Chine, des marchés émergents pour lesquels ce type de contraceptif à très haute valeur ajoutée nécessite un travail auprès de la population. Les partenaires avec lesquels nous négocions sont en train de construire un plan de communication. Ce sont des potentiels colossaux, mais qu'il faut travailler et qui prendront plus de temps."

Gedeon Richter, dont le siège est à Budapest, a de son côté enregistré un chiffre d'affaires consolidé voisin de 1,4 milliard d'euros en 2017. La capitalisation boursière de l'entreprise atteignait 4,1 milliards d'euros fin 2017.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect