Nouvelles violations dans le ciel bruxellois

La ministre Galant valide une nouvelle procédure d'atterrissage à Brussels Airport en mettant en avant des objectifs de sécurité. Pour la DGTA, il s'agit d'une nouvelle route en in- fraction avec la législation bruxelloise.

Nouvelles turbulences dans le ciel bruxellois sur le dossier du survol. En cause, une instruction donnée par la ministre de tutelle, Jacqueline Galant (MR), à Belgocontrol validant de nouvelles procédures d'atterrissage à Brussels Airport. Il s'agit de la Required Navigation Performance (RNP) qui permet un guidage par satellite des avions en atterrissage. La ministre Galant indique dans une note d'explication aux riverains qu'elle a donné instruction à Belgocontrol, l'organisme de contrôle du ciel aérien, d'équiper la piste 07L (l'une des pistes parallèles 25R, mais dans l'autre sens) du fameux système avant le début des travaux. Ceux-ci rendront, la piste diagonale 01 indisponible du 26 juillet au 25 septembre 2016. Jacqueline Galant prend soin de préciser que des études de sécurité nécessaires ont été faites et selon nos informations, celles-ci ont aussi validé la nouvelle procédure.

Davantage de survolés

D'après des documents dont nous avons eu connaissance, la ministre Galant aurait tout faux. "Contrairement à ce qu'affirme Belgocontrol, cette nouvelle approche RNP en piste 07L aboutirait à modifier les couloirs de vols actuellement publiés aux AIP (informations de vols pour les pilotes, NDLR) ainsi que les couloirs de bruit. Par rapport à l'approche oblique, une approche dans l'axe de la 07L (la RNP, NDLR) impacterait un nombre nettement plus important de personnes que l'approche actuelle", lit-on dans l'avis de la Direction du transport aérien.

La DGTA précise également que la nouvelle procédure "revient à mettre en place une route du point de vue de son impact sonore au sol et donc du point de vue de la réglementation environnementale". Par conséquent, elle oblige à réaliser une concertation publique préalable et une étude d'impact environnemental (loi de 2006). La DGTA souligne aussi que "les nouvelles procédures augmenteront le survol à basse altitude de zones densément peuplées et permettront un survol durant la nuit. Les procédures exposées créeront des infractions systématiques aux normes de bruit bruxelloises".

L'avis, signé par 4 responsables dont la directrice générale de la DGTA et le président du SPF Mobilité et Transports, indique qu'il "existe un risque majeur de contestations et donc de recours ainsi qu'une faiblesse manifeste de la position de l'Etat et de la ministre".

Contacté par nos soins, Belgocontrol répond qu'il ne s'agit nullement de créer une nouvelle route. Le cabinet de la ministre Galant riposte et argue que grâce à la RNP, les avions commenceront leur atterrissage à 3.000 pieds contre 2.000 pieds actuellement, ce qui permettra de réduire les nuisances.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content