On n'est pas là pour rigoler!

Ben si, justement! Pourquoi faudrait-il que, sous prétexte que l'on est dans un environnement de travail, chacun adopte une figure d'enterrement? La productivité et la performance sont-elles synonymes d'austérité?

Paul Flasse n'hésite jamais à raconter cette expérience: "Dans un de mes premiers boulots, dans une grande multinationale, ma supérieure directe m'a convoqué un jour en me disant: 'Je suppose que tu te doutes de pourquoi je voulais te voir...' J'avais beau me triturer les méninges, je ne voyais pas trop quelle faute grave j'avais pu faire. 'Tu ris trop et trop fort. Cela ne fait pas sérieux. Il faut que tu te calmes...' Quelques semaines plus tard, j'ai quitté l'entreprise pour fonder mon entreprise de formation basée sur le rire."

"On peut travailler sérieusement sans se prendre au sérieux" est l'une des maximes que ce bon vivant, dont la physionomie joviale met déjà de bonne humeur, retient de cette première expérience.

Loin de distraire les employés, le rire permet d'accroître la productivité et la concentration et contribue grandement à la prévention du burn-out.

L'utilité de l'humour comme "arme" de résistance au stress et aux situations délicates n'est plus à démontrer. Une équipe de psychologues de l'université de Zurich a mis en exergue l'utilité du rire sur le lieu de travail en matière de résistance au stress, de cohésion au sein du groupe, voire même comme instrument de pouvoir.

Antistress de groupe

"Le corps est bien fait, constate Paul Flasse. Dans une situation de tension, il secrète de l'adrénaline. Pour compenser, il va chercher à produire de l'endorphine, l'hormone du plaisir, qui va lui permettre de relâcher la pression. C'est typiquement le phénomène du fou rire nerveux en plein enterrement..."

Qu'il soit forcé ou réel, le rire va provoquer la production d'endorphine et placer l'individu dans une situation de bien-être et de relâchement parfois très profonde. La technique du "yoga du rire" peut être utilisée en prélude à une réunion importante, question de mettre les participants dans de bonnes conditions, de bienveillance, de relâchement, mais aussi de créativité. Le rire permet d'ouvrir chacun et de bousculer les barrières. "Le rire ouvre les divergences et favorise la créativité. On change les perspectives pour faire sauter les freins."

Yoga du rire? Ces séances, occasionnelles ou périodiques, réunissent quelques personnes autour d'un coach. Seul moyen d'expression possible, le rire pour faire passer diverses émotions. "Le rire est un langage universel. Il peut s'appliquer comme n'importe quel langage à toutes sortes d'émotions. Il faut parvenir à les maîtriser et les contrôler par le rire." Après près d'une heure de rire plus ou moins forcé, la séance se termine généralement par une période de méditation et de relâchement. "Et lorsque cette séance de retour au calme est émaillée de fous rires des participants, je sais que la séance est réussie", constate Paul Flasse.

Cherche petit comique

On peut s'éduquer au rire, en tout cas à cette technique de relaxation et de (re)mise en forme. Reste évidemment à se laisser porter par la dynamique du rire. Tout dépend évidemment du degré d'implication des participants... et de la barrière psychologique du regard des autres. "Cela ne peut fonctionner que si on travaille en amont sur la perception de la détente au bureau", avertit Flasse.

En d'autres termes, tant que le rire reste considéré comme une distraction uniquement extraprofessionnelle, aucune chance que le projet trouve un écho. Et Flasse de se rappeler des séminaires organisés pour deux distributeurs différents. D'un côté, le patron était le premier à provoquer le rire, de l'autre, le management regardait ça avec condescendance et un sourire pincé. "Je vous laisse imaginer le résultat dans chacun des cas", analyse Flasse.

Faut-il pour autant recruter des joyeux drilles plutôt que de tristes sires? Le sens de l'humour doit-il, comme cela se voit parfois, devenir un élément du profil recherché? "Cela commence à se voir, effectivement, reconnaît Laurence Vanhée. Pas nécessairement pour amuser la galerie et créer une bonne ambiance sur le plateau, mais plutôt parce que l'humour individuel permet de résister au stress et de prendre de la distance par rapport aux événements."

Rire ensemble lors de séances ad hoc, c'est une chose, partager le même humour en est une autre. "Attention, avertit Flasse, l'humour est quelque chose de terriblement culturel!" Il suffit pour s'en persuader d'observer les différences notables dans les déclencheurs de rire entre le nord et le sud du pays...

Les plaisanteries de médecins, par exemple, paraîtront affreusement noires et cyniques à un "non-initié". On peut multiplier les exemples par autant de professions ou d'origines.

Le risque est donc grand de créer des dissensions là où le rire pourrait servir à rapprocher les équipes. Le profil du "fou du roi" au sein d'une équipe peut donc se révéler très positif pour la cohésion, pour autant que son humour soit partagé par tous et ne joue évidemment au détriment de personne. "Le degré ultime de l'humour est l'autodérision, mais c'est aussi le plus difficile à atteindre", estime Flasse.

Contenu sponsorisé

Partner content