Racheter ses années d'études pour la pension: pas le jackpot!

Tout le monde peut désormais racheter ses années d'études pour augmenter le montant de sa pension légale. À quel coût? Est-ce toujours intéressant?

Le principe n'est pas neuf, mais le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine (MR) a entrepris d'harmoniser les règles qui jusqu'ici variaient selon le statut du travailleur. À la différence des employés et des indépendants qui devaient payer pour racheter leurs années d'études, les fonctionnaires bénéficiaient d'une bonification automatique et gratuite du diplôme, pour autant qu'il soit requis pour leur fonction. Les salariés ne pouvaient en outre racheter leurs années d'études que pendant les dix années suivant la fin de leurs études. Et seuls les indépendants ayant commencé à travailler (à titre principal!) dans les 180 jours suivant la fin des études pouvaient racheter leurs années d'études.

Du 01.12.17 au 31.05.20

Durant cette période, les salariés et les indépendants pourront racheter leurs années d'études au tarif de 1.500 euros par année. Seules les années d'études postérieures à leur 20e anniversaire sont rachetables.

Les fonctionnaires paieront un tarif réduit de 1.250 euros par année d'études jusqu'au 30.11.2019. Ensuite, ils paieront 1.500 euros. Certaines années d'études bénéficieront encore d'une assimilation gratuite. Un fonctionnaire qui a dû présenter un diplôme sanctionnant 4 années d'études pour être engagé et qui est aux ¾ de sa carrière aura droit à la bonification gratuite pour 3 années.

Seules les années réussies et ayant débouché sur un diplôme comptent.

À partir de juin 2020

Le rachat sera possible pour les années après le 18e anniversaire et coûtera 1.500 euros (montant indexé annuellement) dans les 10 ans qui suivent la fin des études. Au-delà, on paiera beaucoup plus cher! Si vous avez plusieurs diplômes, seul le dernier pourra être racheté.

Coût/bénéfice?

Le rachat nécessite de débourser un montant conséquent, mais vous pouvez ne régulariser qu'une partie des années d'études et régulariser en deux fois (maximum).

C'est en outre une dépense fiscalement déductible au taux marginal. Vous récupérez ainsi jusqu'à 50% de la somme "investie".

Mais combien cela rapporte-t-il? Les experts y sont tous allés de leurs simulations et leurs conclusions concordent: un calcul personnalisé s'impose et dans le cas où l'opération est rentable, le gain est quand même assez relatif.

Pour les salariés et les indépendants, une année régularisée rapporte un montant forfaitaire identique de 266,66 euros (isolé) ou 333,33 euros (ménage) par an.

Pour les fonctionnaires, la pension annuelle brute sera augmentée, par année d'études rachetée, de 1/60 du salaire de référence pour la pension légale. Si celui-ci est de 60.000 euros, ils engrangeront 1.000 euros en plus par année d'études rachetée.

Pièges?

Le problème, c'est qu'un euro brut en plus ne procure pas forcément un euro net en plus. Dans certains cas, on a constaté que le montant de la pension pourrait baisser suite à au passage dans une tranche d'imposition supérieure. "Des mesures ont été prises pour que la pension nette ne soit jamais inférieure suite à une augmentation de la pension brute. Mais in fine, l'objectif est évidemment de garantir un gain", confie Koen Peumans, porte-parole de Daniel Bacquelaine. C'est un comble, le piège fiscal concerne les très petites pensions. Avant que ce premier correctif soit introduit, elles se voyaient rabotées de 16 euros par an, selon les calculs effectués par Michel Wuyts, directeur de Fediplus. "Si vous êtes dans la zone critique, entre 15.518 et 16.600 euros par an, une simulation s'impose pour vérifier ce qu'il y a à gagner", recommande-t-il. Pour les autres pensions, le gain est de 40 à 50 euros par mois pour 4 années régularisées (soit 10 à 12 euros par année régularisée). Ce n'est donc pas le jackpot! "Mais ce n'est pas parce que vous avez atteint le plafond salarial (salaire maximum pris en compte pour la pension légale) - environ 54.000 euros bruts par an - que vous n'avez aucun intérêt à racheter vos années d'études. L'unité de carrière va être supprimée dès 2019 et les jours travaillés au-delà de la carrière complète de 45 ans compteront alors pour le calcul de la pension", ajoute Michel Wuyts

Pour récupérer son investissement et obtenir un gain, les experts ont calculé qu'il faut vivre 5 à 7 ans au-delà de l'âge de la pension.

Signalons enfin que le rachat des années d'études permet d'augmenter le montant de la pension légale, pas de rallonger la durée de la carrière pour espérer accéder plus rapidement à la pension!

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect