Une trentaine de gares sous-exploitées

Aucune analyse n'a encore été menée pour permettre à la Stib d'emprunter le réseau utilisé par la SNCB.

Le Fédéral a fait un effort en mettant sur pied une offre S préfigurant une desserte RER en Région de Bruxelles-Capitale. Mais cette augmentation reste largement insuffisante alors que la trentaine de gares qui équipent le réseau de chemins de fer de Bruxelles continuent d'être largement sous-utilisées, selon de nombreux acteurs régionaux, en dépit du bon sens, vu les temps de parcours particulièrement attractifs qu'autorisent ces infrastructures amorties de longue date, notamment entre le centre et le sud de Bruxelles, mal desservi par le métro. Ces performances sont par ailleurs peu connues et donc peu utilisées par les Bruxellois eux-mêmes.

Douze entreprises de fret

Cela fait plusieurs années que depuis Bruxelles, des voix s'élèvent vers la SNCB pour qu'elle étoffe son offre intra-muros. Voire qu'elle élabore une véritable boucle ferroviaire autour du centre de Bruxelles en connexion avec l'offre de la Stib. Devant l'inertie des chemins de fer, la Stib apparaît aujourd'hui comme un opérateur "rail" crédible alors que le secteur doit être libéralisé. À cette option, jamais sérieusement étudiée, s'oppose une considération logistique qui fut à nouveau avancée par le ministre de la Mobilité François Bellot (MR): le réseau en étoile qui dessert le centre de Bruxelles depuis les autres grandes villes. Les trains tournant en boucle à haute fréquence viendraient perturber l'entrée et la sortie des trains de masse utilisés par les navetteurs. Par ailleurs, la jonction Nord-Midi est largement congestionnée en heure de pointe, ce qui ne facilite pas l'élaboration d'un nouveau plan de transport bruxellois.

Infrabel n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet. Apparemment, aucune étude pointue n'est venue étayer l'impossibilité exprimée par François Bellot. Mais a priori, il y a encore de l'espace-temps sur le réseau ferré bruxellois. À noter: Infrabel réalise déjà des portions de voies nouvelles pour relier des entreprises à son réseau. Pourquoi ne pas le faire pour la Stib qui aura besoin de dépôts pour ses rames "REB"? Car le cas échéant, la Stib devra elle aussi s'adapter en commençant par acheter du matériel roulant autorisé à emprunter le réseau national. Elle devra également se faire enregistrer en tant qu'entreprise ferroviaire, une procédure qui peut prendre plus d'un an. Douze entreprises de fret circulent sur le réseau d'Infrabel, ainsi que trois entreprises de transport de personnes (la SNCB, Thalys et Eurostar), alors que le trafic international est déjà libéralisé.

Publicité
Publicité

Echo Connect