Le recruteur de stagiaires Tyro lève 250.000 euros

Lancée en janvier 2018, Tyro fait du recrutement de stagiaire pour les entreprises. "En matière de stage, il y a à boire et à manger et l'écart se creuse entre les aspirations de la génération Z et les entreprises", explique Laurent Pantusa, cofondateur de la start-up. Le service s'adresse aux étudiants du cycle supérieur. Trois profils sont privilégiés: business & management, communication & marketing, et tech & informatique.

Pour réconcilier les étudiants motivés avec des stages de qualité, Tyro a développé un processus qui permet de gagner du temps sans dénigrer l'aspect humain. Les interviews sont réalisées en ligne par video call. Aucune offre n'est déposée sur la table. "On écoute ce que l'étudiant veut, on ne lui propose rien. Il n'y a pas de jeux de séduction", commente Laurent Pantusa.

Le CEO de Tyro reconnaît que la poursuite de la rentabilité représente un sacré défi pour la jeune pousse. "Pour avoir un modèle qui tienne la route économiquement, on digitalise au maximum. On a mis de la tech dans tout ce qui était à faible valeur ajoutée. Mais on garde l'interaction humaine. Je ne crois pas à l'algorithme absolu", insiste-t-il.

Jusqu'à présent, quelque 80 étudiants ont déjà eu recours au service de Tyro. Jusqu'ici sans mauvaise surprise. "Nous travaillons déjà avec une cinquantaine d'entreprises. Leurs profils sont très variés: start-ups, scale-ups, etc.", détaille Laurent Pantusa. Entre autres conditions nécessaires pour faire partie du pool d'entreprises, avoir une expérience d'encadrement de stagiaires. "Il nous est arrivé de refuser des entreprises", assure Laurent Pantusa.

Pour gagner en visibilité, atteindre une masse critique et faire croître l'équipe, Tyro vient de lever 250.000 euros auprès de BeAngels, de Spreds (ex-MyMicroInvest) et de BruStart.

Publicité
Publicité

Echo Connect