Les beaux débuts de Tout finira bien

©© Xavier Cardon

Apéro-concert #4: Tout finira bien, ce samedi 19/5 au 140 à 18h30. www.le140.be

À découvrir ce samedi, le groupe franco-belge Tout finira bien. Plus "franco" que belge en fait, puisque quatre de ses membres sont originaires d'outre-Quiévrain, le seul Jordi Grognard, saxophone, clarinette et flûte venant plutôt des bords de Meuse, de Namur en fait.

Les quatre autres musiciens de cette formation née en 2008 et qui compte deux albums à son actif, sont en effet "hexagonaux": de Paris pour le chanteur Gilles Bourgain et du Sud-est dans le cas de Stéphan Caracci, Simon Tailleu et Yann Lecollaire. On les dirait plutôt originaires de Pézenas tant les paroles des chansons comme "Le monde" ou "Au-delà des aléas" évoquent un Bobby Lapointe qui aurait soigné l'orchestration. Un style qui rappelle également un William Sheller avec orchestre de chambre - mais sans piano - pour le côté aérien des mélodies.

Mais c'est plutôt de brassage qu'il faut parler tant la diversité est au rendez-vous: dans "Un cimetière de mots d'amour", le quintet démontre qu'il entend aussi se sacrifier à la musique d'aujourd'hui, tout en préservant une tonalité atmosphérique quasi planante portée par des cuivres qui évoquent Robert Wyatt, tandis que les images scandées par Gilles Bourgain ont un penchant surréaliste ("Des rochers qui s'effritent, du fromage fondu et des frites") voire ensoriens ("Des sorcières de Carnaval, des fanfares en cavale"). "Juste avant" rappelle "La première gorgée de bière" de Philippe Delerm et le jazz classique genre blue note.

Tout finira bien rend un hommage appuyé à la grande chanson française de l'après-guerre, ce qui ne l'empêche pas de collaborer avec Grand Corps Malade ou de faire dans l'épure nordique sur un "Drive" chanté en anglais, mais avec toujours justement aux lèvres une sorte de flegme britannique, d'infime décalage qui confère à leur musique de chambre d'écho, de quatuor cuivré acoustique devenu parfois orchestre symphonique, de jazz classique mutant en épure électronique... une harmonie. Au point qu'en concert, l'on perçoit déjà que tout finira bien...

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Partner content