Un artiste qui enrôle des artistes

©CAB

La fondation CAB, à Ixelles, se voue au minimalisme et à l'art conceptuel. Elle a accueilli l'an dernier Richard Long, marcheur, semeur de pierres et land artist. Cette fois-ci, elle convie John Armleder, né en 1948 à Genève et vivant depuis lors "Alentour" (soit le titre de l'exposition).

Cet artiste aime, comme John Cage en musique, laisser une part à la chance, à l'accident, au hasard. Aussi critique et commissaire d'expositions, il imagine une installation, un vertige organique qui rassemble des artistes pionniers de la scène artistique suisse des années soixante à nos jours. Ce septuagénaire qui a introduit Joseph Beuys ou Andy Warhol en Suisse nous rappelle, avec ses comparses, que l'abstraction géométrique hevétique occupe une place cardinale dans le siècle écoulé.

Il nous convie à des jeux de perception dans une mosaïque de peintures et de murales qui fait conversation. On reconnaît ainsi la patte d'Armleder, amateur de voisinages impossibles. Les métaux aplatis de l'Américain John Tremblay (au nom prédestiné), les vibrations optiques du Lausannois Stéphane Kropf répondent aux "Furnitures Sculptures" du chef d'orchestre, objets trouvés alliés à des monochromes qui tordent l'académisme abstrait.

L'Op Art et ses pièges optiques se devaient d'être invités au concert, avec le Vénézuélien Domenico Battista et un autre Lausannois, Philippe Decrauzat. L'Américain Blair Thurman prend cette investigation visuelle à contre-pied en confrontant saturation médiatique et minimalisme.

Johan-Frederik Hel Guedj

Alentour, du 24 avril au 22 juin. www.fondationcab.com

Publicité
Publicité

Echo Connect