Le Parti Populaire dévoile son visage

Mischaël Modrikamen ©Photo News

Etat policier, scrutin majoritaire, réforme du système de l’impôt et de la justice, fin des Communautés, circonscription administrative trilingue à Bruxelles, le parti populaire de l'avocat Mischaël Modrikamen présente aujourd’hui son manifeste politique. Tout un programme...

Bruxelles (L'Echo) - Le parti Populaire de l'avocat Mischaël Modrikamen prend forme. Le lancement est prévu ce jeudi. Et le ton est donné. Dans l'invitation lancée à la presse, l'avocat et son colistier Rudy Aernoudt invitent à un drink populaire.
Sur le programme politique des deux hommes, on en sait un peu plus ce matin. Le programme du nouveau parti s'articule autour de huit points.


Qui suis-je ?
Dans son manifeste publié ce matin sur le site internet du parti (www.partipopulaire.be), le Parti Populaire se définit comme une formation issue de la société civile. Son objectif : "contribuer à la gestion efficace du pays " et surtout, " loin des intérêts particuliers, individuels ou organisés, fréquemment privilégiés ". Entre les lignes, la nouvelle formation pointe les dernières affaires qui ont secoué certaines familles politiques.  Son axe principal s'articule autour " de l'Etre Humain " en parlant " un langage sans équivoque ".
Sur ses valeurs, la formation pointe trois axes : " Justice, Solidarité et Responsabilité ". Les deux hommes estiment ainsi que " le citoyen ne peut tolérer des zones où l'anarchie et la violence règnent, où l'Etat abandonne ses responsabilités fondamentales ". Dans son action, il s'engage également "  à faire mieux avec moins de dépenses publiques car c'est généralement possible ".

Le tout articulé autour d'un Etat fédéral et des Régions

Sur l'institutionnel, le PP vise " moins de gouvernements, moins de ministres ". Concrètement, il propose une structure basée sur un niveau fédéral et trois régions. Exit donc les Communautés et autres institutions comme les provinces et les comités de concertation ( la Cocof, la Cocon et la Cocom). But de l'opération, " réduire le nombre de ministres de 62 à 22 ".
Sur le volet institutionnel et communautaire, le PP fustige " les divisions et les disputes stériles qui sont indignes d'un Etat moderne ". Dans son analyse, la formation estime que " le partage vague des compétences entre différents niveaux de pouvoirs dilue les responsabilités et rend les politiques publiques inefficaces ". D'où l'obligation d'une réattribution des tâches entre fédéral et entités fédérées.
Pour le fédéral : les Finances, Défense, Sécurité Intérieure, Justice, Affaires Etrangères et Affaires Sociales. Le PP est également pour le retour de certaines compétences dans le giron du fédéral : Commerce Extérieur, Normes Environnementales, Energie, Agriculture.

Au niveau des entités fédérées - les Régions- les deux hommes prônent le rattachement de certaines matières soit jadis compétences du fédéral, soit des Communautés : Economie, Emploi, Santé, Culture, Enseignement, Innovation et Mobilité, les instruments de financement d'entreprises ou encore les subsides à l'innovation.

Sur le mode de fonctionnement des élections, le manifeste veut introduire un " scrutin majoritaire à 2 tours". L'idée est inspirée de l'expérience française. " Le système majoritaire exprime la volonté générale alors que le système proportionnel donne l'avantage aux intérêts particuliers et favorise les replis communautaires. " Avec comme autre avantage, " l'émergence d'une véritable opposition ". Et in fine, " des partis politiques plus forts ". En prônant une circonscription fédérale, le parti veut permettre à des Flamands de voter pour des élus francophones et vice-versa. Le PP soutient également l'instauration du référendum. 


" Brussels Metropolitan region " 
Le parti Populaire veut faire de la capitale une " Brussels Metropolitan region " en faisant du territoire du Brabant, sans l'arrondissement de Louvain, une circonscription administrative trilingue (FR/NL/ANGL).


Réforme du système de l'impôt
Sur le chapitre économique, le PP propose une réforme du système de l'impôt des personnes physiques et des sociétés. Il estime également nécessaire d'abolir les allocations d'attente pour les chômeurs.

Au niveau des finances publiques, la formation veut " s'attaquer en profondeur aux déficits structurels du pays ", en reculant notamment l'âge de la retraite et en augmentant le taux d'occupation des travailleurs âgés.

Etat policier
Le Manifeste consacre également un large chapitre au volet " Justice et Sécurité " en prônant une politique de " tolérance zéro ". Dans son viseur " populaire ", le PP veut  " restaurer l'autorité de l'Etat " en mettant fin aux zones de " non droit ". La police doit " agir partout" et " occuper en permanence le terrain " souligne le parti.
 Le parti égratigne également une justice civile qui " se pratique comme au 19ème siècle ". D'où la nécessité selon le manifeste de "réorganiser en profondeur notre système judiciaire et carcéra ". Le document de 14 pages propose ainsi d'instaurer " le jugement en comparution à très brève échéance pour les flagrants délits ".


Proscrire le port du voile à l'école et identité nationale

Le PP veut également lancer un large débat sur l'immigration. Il exige notamment que " les étrangers en situation irrégulière fassent systématiquement l'objet d'une reconduite aux frontières ". Quant à l'intégration dans le pays, " tout nouvel immigrant devra participer à 25 heures de cours sur les lois, l'histoire, les mœurs et coutumes de notre pays et s'engagera dans l'apprentissage d'une des langues nationales ". Pour arriver à forger une identité nationale, le parti veut une loi " interdisant le port de tout signe religieux ostensible dans l'exercice des fonctions. Le port de tout signe religieux est également proscrit pour les élèves durant toute leur scolarité obligatoire".

Dépolitiser la société
" Plus une société est politisée, moins elle est efficiente ", souligne le parti. Concrètement, le parti veut mettre un terme au " copinage " et valoriser l'administration et ses fonctionnaires.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content