Brussels Airport perturbé par une alerte à la bombe

L'aéroport de Bruxelles-national a été évacué pendant un peu plus d'une heure vendredi soir après une alerte à la bombe formulée par téléphone.

(belga) L'alerte a été levée vendredi vers 20H50 et aucune bombe n'a été trouvée, a-t-on appris auprès de Brussels Airport Company, gestionnaire de l'aéroport.

L'alerte avait été donnée vers 18H55. Un correspondant anonyme a téléphone au bureau de police de l'aéroport signalant qu'une bombe allait exploser au niveau du hall des arrivées, a indiqué Paul De Backer, porte-parole de Brussels Airport Company.

La menace a été prise au sérieux par la police et le gestionnaire de l'aéroport qui ont déclenché un plan de crise.

La police a pris les mesures de sécurité nécessaires. A 19H20, les passagers qui se trouvaient dans le hall des arrivées ont été évacués vers l'extérieur du bâtiment. Vingt minutes plus tard, c'étaient les personnes qui se trouvaient dans le hall des départs qui étaient invités à quitter le bâtiment. Les passagers qui se trouvaient au niveau des jetées A et B, au-delà des contrôles départs, ont également été bloqués.

Les bâtiments ont été examinés. Le service de déminage de l'armée (SEDEE) est arrivé sur place. Il a identifié au colis suspect. Ce dernier ne contenait rien de dangereux. "C'était donc une fausse alerte", a précisé M. De Backer.

La police a dit que les accès étaient libres vers 20H50. Les passagers ont pu à nouveau avoir accès aux terminaux arrivées et départs

Les vols n'ont pas été interrompus pendant la période des fouilles, a précisé M. De Backer. On peut cependant s'attendre à quelques retards, principalement au niveau des départs, pour toute la soirée de vendredi, a-t-il précisé. Aucun avion qui se dirigeait vers Brussels Airport n'a été dirigé vers un autre aéroport.

Pendant l'alerte, les voitures n'ont pu se diriger vers les bâtiments de l'aéroport, ce qui a provoqué de longues files sur les accès à l'aéroport, perceptibles jusqu'au ring de Bruxelles. La gare de l'aéroport, situé en sous-sol, a également été fermée au train pendant l'alerte. L'enquête judiciaire devra tenter de déterminer qui est à l'origine de cet appel téléphonique.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés