Bruxelles à la 18e place des villes les plus chères du monde

Bruxelles se situe à la 18e place de la liste des villes les plus chères du monde. Quatre villes européennes, Oslo, Londres, Copenhague et Zurich sont les villes les plus chères du monde tandis que Tokyo se situe à la 5e place, selon une enquête "prix et salaires" menée par la banque UBS et publiée mercredi.

(belga) L'enquête menée par l'UBS porte sur un panier standard de 122 biens et services pondéré selon les habitudes de consommation d'Europe occidentale et ne comprend pas les loyers. Si l'on intègre les coûts du loyer et du logement, les villes de Londres et de New York sont les plus chères. A l'autre bout de l'échelle, c'est à Kuala Lumpur, Bombay, New Delhi et Buenos Aires que la vie est la moins chère. En ce qui concerne le temps de travail, l'UBS relève que c'est en Asie que l'on travaille le plus longtemps, avec près de 50 jours de plus par an qu'en Europe occidentale. C'est à Séoul (2.088 heures par an) que l'on travaille le plus et à Paris (1.480 heures) le moins. En Europe occidentale et en Amérique du Nord, les salariés gagnent en moyenne près de 15 euros brut de l'heure, alors qu'en Asie et en Europe orientale, le montant n'est que de 3 à 4 euros. C'est à Copenhague, Oslo, Zurich, Genève, New York et Londres que les salaires sont les plus élevés. Bruxelles se trouve également dans le peloton de tête puisqu'elle figure en dixième place. Mais, si l'on établit une comparaison des salaires nets, les villes scandinaves et allemandes sont rétrogradées en raison de la forte fiscalité et des charges sociales tandis que l'Europe anglosaxonne, avec Dublin et Londres, se place dans les premiers au classement des salaires. Pour rendre les comparaisons plus parlantes, l'UBS a pris comme indice de référence le temps de travail nécessaire pour acheter un Big Mac. Au plan mondial, il faut 35 minutes de travail pour s'offrir ce hamburger. A Nairobi, ce temps de travail grimpe à 1h30, alors qu'aux Etats-Unis, il ne faut que 13 minutes de travail et à Bruxelles, 20 minutes. En Suisse et en Scandinavie, il faut entre 15 et 20 minutes de labeur pour s'offrir ce Big Mac. Les économistes d'UBS présentent tous les trois ans un aperçu général de la situation mondiale concernant les prix des biens de consommation et des services, les salaires, les charges sociales et la durée de travail ainsi que le pouvoir d'achat qui en résulte dans 71 villes du monde.

(photo: belga)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés