Contrôle budgétaire: vers un surplus de 0,3 pc du PIB

Le gouvernement fédéral a bouclé son contrôle budgétaire dimanche vers 18 heures. Il a maintenu comme point de départ une croissance de 2,2 pc et a veillé à garantir l'excédent de 0,3 pc du PIB qui était prévu. "Nous avons tenu à être sérieux et prudents", ont souligné le premier ministre Guy Verhofstadt et les nombreux qui l'entouraient pour présenter le résultat des travaux.

(belga) Outre cet aspect strictement budgétaire le gouvernement a pris des mesures dans trois domaines: environnement, innovation et famille.

La ministre du Budget, Freya Van den Bossche a notamment précisé que les recettes fiscales globales étaient en légère hausse. C'est surtout le cas pour l'impôt des sociétés (Isoc) qui est de 300 millions d'euros supérieur aux prévisions, alors que les recettes de l'impôt sur les personnes physiques (IPP) diminuent. Ce dernier mouvement est notamment dû aux mesures de diminution des charges prises par le gouvernement et aux mesures de réduction supplémentaires prévues par l'accord interprofessionnel. On note aussi un accroissement du précompte mobilier de 34 millions d'euros qui s'explique par l'augmentation des dividendes versés.

La ministre a aussi indiqué que l'évolution automatique des transferts aux Communautés et Régions représente une charge supplémentaire pour l'Etat fédéral de 23 millions d'euros.

Avec ce contrôle budgétaire, le gouvernement a aussi voulu poursuivre le glissement des charges du travail vers d'autres bases imposables, notamment les plus polluantes, a-t-elle encore dit.

Dans ce domaine, le gouvernement a pris toute une série de mesures dont deux principales représentant ensemble 131 millions d'euros à savoir celle sur les emballages et celle sur la déductibilité fiscale lors de l'achat de voitures de société.

Mme Van den Bossche a encore indiqué que les dépenses primaires du pouvoir fédéral baissent légèrement alors que les charges d'intérêt de la dette sont en hausse de 131 millions d'euros en raison d'une augmentation des taux d'intérêt.

En ce qui concerne la sécurité sociale, le ministre des Affaires sociales, Rudy Demotte, et des Classes moyennes, Sabine Laruelle, ont confirmé la bonne tenue des budgets tant pour le secteur des salariés que pour celui des indépendants.

On estime notamment que les dépenses en chômage seront de 138 millions d'euros inférieures à ce qui était prévu. Pour l'ensemble des dépenses, on s'attend à ce que le niveau global des dépenses soit inférieur de 180 millions d'euros par rapport au budget initial, dont 168 millions d'euros dans le régime des salariés et le reste dans celui des indépendants. Le budget de la sécurité sociale des travailleurs devrait afficher un boni de 368 millions d'euros et celui des indépendants 104 millions d'euros.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés