Deux Bruxellois francophones déposent plainte contre Yves Leterme

Une plainte a été déposée lundi à Bruxelles à l'encontre du ministre-président flamand Yves Leterme par deux "citoyens francophones". La plainte, qui sera transmise au parquet de Bruxelles, vise les propos du ministre-président parus jeudi dernier dans le journal français "Libération" selon lesquels "apparemment les francophones ne sont pas en état intellectuel d'apprendre le néerlandais".

(belga) Cette plainte, déposée auprès de la police de Woluwe-Saint-Lambert, en Région bruxelloise, a été introduite sur base de la loi "Moureau" du 30 juillet 1981 "tendant à réprimer certains actes inspirés par le racisme ou la xénophobie".

Les deux auteurs de la plainte souhaitent par ailleurs lancer une pétition et créer un "groupe de réflexion citoyen".

Si le premier d'entre eux, Jean-François Thayer se présente aux prochaines élections à Woluwe-Saint-Lambert sur la liste Cap-Woluwe et que le second, Yvan Verougstraete, est un ancien conseiller communal, les deux justiciables insistent sur la nature "citoyenne" de leur démarche et ne souhaitent pas qu'elle soit récupérée par un parti politique.

"Nous espérons que notre plainte sera acceptée par le parquet et que le caractère raciste des propos sera retenu malgré qu'ils visent une communauté linguistique et non une nationalité ou une race. Nous voulons que cette plainte fasse dès lors jurisprudence", a expliqué Jean-François Thayer.

"Si on ne se révolte pas face à de tels propos, jusqu'où vont-ils aller? Ces propos n'ont pas été prononcés par hasard. En prétextant faire de l'ironie sur les Wallons paresseux par exemple, les Flamands vont chaque fois plus loin. Les propos de Brigitte Grouwels sur les Francophones étaient déjà inacceptables. Les mentalités évoluent en Flandre. Il y a un travail de sape du politique et des médias qui commence à porter ses fruits", considère Yvan Verougstraete.

"En Flandre, il existe des groupes de pression, notamment citoyens, qui parviennent à structurer les idées. Même si nous devons divorcer, nous ne pouvons continuer à recevoir des assiettes à la figure. Nous proposons de créer un groupe citoyen de réflexion pour élaborer des stratégies. Nous ne pouvons réagir la fleur au fusil et croire que tout va bien. Les partis politiques francophones voient, eux, à trop court terme et ne sont pas suffisamment constructifs", a-t-il ajouté.

Le président du FDF Olivier Maingain et candidat bourgmestre à Woluwe-Saint-Lambert, a fait savoir lundi dans la presse qu'il souhaitait également déposer plainte.

Dans un communiqué transmis lundi, Danielle Caron, également candidat bourgmestre à Woluwe-Saint-Lambert sur une liste concurrente à celle de son ancien président, Cap-Woluwe, a dénoncé des propos qu'elle a qualifiés d'injurieux tenus par Olivier Maingain à l'endroit des deux membres CD&V de la liste Cap-Woluwe. Ces derniers s'étaient désolidarisés des propos tenus par M. Leterme. Selon Danielle Caron, Olivier Maingain prouve "qu'il est habité d'un racisme linguistique inacceptable"

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés