Didier Reynders: "le 15 juillet ne doit pas être un ultimatum"

©BELGA

Le président du MR se dit prêt à avancer sur de nouvelles discussions institutionnelles d'ici l'été, notamment en termes de régionalisation du marché du travail, à condition qu'elles n'agressent pas une partie de la population, "mais que l'on ne remette pas de nouveau sur la table l'exigence d'une grande réforme de l'Etat pour une date précise, nous avons maintenant trois ans pour travailler".

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés