Finances publiques : le spectre des années 70

©Photo News

Le Conseil supérieur des finances met en garde le gouvernement contre le risque de se laisser engluer dans une nouvelle spirale de déficits publics, comme dans les années 70. Sans fermes mesures correctrices dès cet été, le trou créé en 2007 grandira en 2008 et, surtout, en 2009, prévient le CSF.

Les prévisions de recettes sont, selon Coene, «relativement élevées et pas très réalistes». Et, de l'autre côté, il ne voit pas de rupture dans la croissance des dépenses, qui reste supérieure à la croissance réelle de l’économie belge.

«On est clairement mal parti, poursuit-il. Il faudra un effort de 0,3 à 0,4% du PIB, soit un bon milliard d’euros, pour respecter l’équilibre budgétaire. Des corrections s’imposent.» Il refuse de suggérer l’une ou l’autre mesure mais convient qu’un dégraissage de la fonction publique et une révision du financement automatique de la sécurité sociale pourraient y contribuer.

Le CSF insiste d’autant plus sur ces corrections que, à politique inchangée, le déficit filerait à 0,9% du PIB dès 2009. «La tendance spontanée est à la détérioration, constate Coene. Il faut agir rapidement pour éviter de recréer l’effet boule de neige des années 70. Nous avons mis plus de vingt ans à réduire la dette du pays et à placer le budget sous contrôle. Faisons attention à ne pas reporter à nouveau des charges sur les générations futures.»

Selon les calculs du CSF, la trajectoire budgétaire du gouvernement Leterme conduira à une sous-alimentation des réserves pour le vieillissement de l'ordre de 5 milliards d'euros à l'horizon 2011. Qu'est-ce que ce sera, alors, si on n'atteint même pas cette trajectoire budgétaire...

C.D.C.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés