Publicité

Fonction royale: pas de précipitation, dit Verhofstadt

Le Premier ministre, Guy Verhofstadt, ne souhaite pas modifier la fonction royale dans la précipitation. Il l'a dit mardi à la Libre Belgique dans un entretien où sont également abordés les thèmes du fédéralisme, du nucléaire, du Congo et de l'Europe.

(belga) Interrogé sur le fait de savoir si le prince Philippe est prêt à monter sur le trône, Guy Verhofstadt indique que "c'est une question qui ne se pose pas" et ajoute qu'il "affirme que le moment venu, le prince sera prêt" et qu'il est "prêt à parler de tout. Mais il faut le faire dans le calme et la sérénité et pas à l'occasion de l'un ou l'autre incident". Guy Verhofstadt note qu'avec le roi Albert, cela fonctionne d'une manière excellente, exemplaire.

"Le Roi se montre très ouvert. Il remplit sa tâche parfaitement. Moi, je veux que cela continue comme cela car le roi Albert, qui représente la monarchie, est un élément très important de stabilité de notre pays", dit Guy Verhofstadt. Le Premier ministre réitère sa "troisième voie communautaire" notant que le séparatisme et l'immobilisme se renforcent mutuellement. "Il faut donc parler de ces problèmes d'une autre manière, plus sage, par le dialogue: pas d'opposition, mais une voie d'équilibre, entre l'autonomie des Régions et Communautés d'une part, un renforcement des instruments fédérateurs d'autre part".

Guy Verhofstadt, qui a lancé vendredi l'idée d'un Kyoto +, estime que le nucléaire peut être une solution à l'avenir. Il fait référence aux conditions mises en avant par Al Gore: que les nouvelles technologies puissent résoudre la question des déchets et que son usage n'encourage pas la prolifération de l'armement nucléaire. "Ce sont deux déclarations intelligentes", dit M. Verhofstadt. Interrogé sur l'opportunité d'une visite du roi Albert à Kinshasa dans les prochaines semaines, Guy Verhofstadt dit que "nous jugerons si c'est opportun quand nous aurons reçu l'invitation. Nous n'avons pas encore pris de décision".

Guy Verhofstadt souhaite enfin que l'on discute dans le cadre d'une future Conférence intergouvernementale européenne de trois thèmes: la gouvernance socio-économique, dans toute l'Union européenne ou au moins dans l'eurozone, la défense européenne et la réduction de la règle de l'unanimité.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés