Publicité

Formateur: l'Absym dénonce une volonté de communautariser les soins

L'Absym, principal syndicat de médecins, réagit négativement vendredi à la note du formateur Yves Leterme.

(belga) Dans une lettre ouverte adressée, en français et en néerlandais, aux présidents des formations politiques qui négocient un accord de gouvernement, le syndicat rappelle notamment ne pas être demandeur d'une communautarisation des soins de santé. La note du formateur propose de "renforcer la politique des Communautés" dans le secteur.

Dans cette lettre ouverte signée par son président Roland Lemye, le syndicat regrette que la note du formateur "prend le contre-pied de ce que l'Absym a exprimé ces derniers temps de manière insistante".Selon la note, le gouvernement prendra des initiatives afin de permettre une plus grande transparence dans les coûts et de garantir la sécurité tarifaire. "La limitation de la participation financière du patient est une position démagogique", réagit l'Absym qui l'estime "incompatible avec la maîtrise des dépenses".

Le syndicat regrette par ailleurs que la note n'évoque pas de norme de croissance claire. Il est écrit que le gouvernement calque la norme de croissance des soins de santé sur la moyenne du pourcentage de croissance de ces dernières années. Cela "dissimule assez mal la volonté de la diminuer", réagit l'Absym qui insiste pour que la norme soit maintenue à 4,5%. Bien que la norme était de 4,5%, la politique de contrôle des dépenses a maintenu leur évolution sous la barre des 4,5% ces dernières années.L'organisation représentative des médecins clame également son opposition à "toute structuration politique et artificielle de l'organisation des soins". La note énonce que le gouvernement souhaite établir avec les Communautés des "plans pluriannuels" reprenant un ensemble de mesures avec des objectifs quantifiables. Pour l'Absym, c'est le retour à "l'économie planifiée qui a fait la démonstration de son inefficacité".

Aux plans pluriannuels "imposés", l'Absym dit préférer avancer sur base "d'incitants" octroyés dans le cadre "d'une dynamique interne".Enfin, en matière de politique de médicaments, l'Absym continue à brocarder le système "Kiwi" de mise en concurrence des prix ainsi que la promotion des génériques. La note du formateur annonce elle "une plus grande concurrence des prix".Roland Lemye conclut sa lettre ouverte par un appel à une réactivation de la Commission nationale médico-mutualiste.

L'absym dénonce régulièrement l'absence de concertation. "Si la note promet que le gouvernement attachera une importance capitale à la concertation entre médecins et mutuelles, elle ne nous rassure en rien à ce propos", écrit Roland Lemye. "Le champ de compétences de la Commission nationale médico-mutualiste a rétréci considérablement.

La répartition du budget à l'intérieur du secteur médical est décidée par le gouvernement et hypothèque tout accord futur. Nous souhaitons des garanties et que le formateur s'engage à restituer à cette commission son pouvoir de décision", ajoute-t-il.

L'Absym représente la majorité des médecins du pays (67% de la totalité des médecins; 40% des généralistes et 85 % des spécialistes aux élections médicales de septembre 2006).

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés