Publicité

Ghislenghien: 400 personnes à la cérémonie d'hommage (update)

Plus de 400 personnes ont assisté, dimanche matin, à la cérémonie d'hommage sur le site de la catastrophe de Ghislenghien, survenue jour pour jour il y a deux ans, le 30 juillet 2004. Les familles des victimes étaient présentes en nombre, ainsi que des délégations de pompiers et policiers d'Ath.

(belga) Parmi les officiels présents figuraient le président de la Chambre Herman De Croo, la présidente du Sénat Anne-Maire Lizin, le ministre de l'Intérieur Patrick Dewael, le ministre de la Défense André Flahaut, le ministre-président du gouvernement wallon Elio Di Rupo et le député-bourgmestre d'Ath Bruno Van Grootenbrulle. Marie-Claude Maertens, magistrate en charge de la cellule de coordination de l'information et de l'assistance aux victimes, a également pris part à l'événement.

A 8h57 précises, heure de l'explosion du gazoduc, le trompettiste d'un orchestre placé à côté de la stèle "L'Elan", dans le Jardin du Souvenir, a interprété une sonnerie aux champs, musique caractéristique des grands moments commémoratifs.

L'assistance a ensuite observé une minute de silence et la cérémonie de recueillement devant le monument a alors commencé. Des dizaines de proches et amis des victimes ont défilé dans le Jardin du Souvenir, suivis par les pompiers et policiers d'Ath. Des gerbes de fleurs ont été déposées au nom de la Chambre des Représentants, du Sénat, du gouvernement fédéral, du gouvernement wallon, de la Ville d'Ath, de Diamant Boart, Electrabel, le service incendie et la police.

L'orchestre a interprété à plusieurs reprises "Lascia ch'io pianga" de Haendel et une intense émotion s'est emparée des familles, des collègues et connaissances des victimes ainsi que d'anonymes.

"La douleur est très forte chez les proches", a indiqué Marie-Claude Maertens, de la celulle de coordination de l'information des victimes. "C'est un moment de recueillement qu'ils veulent vivre comme tel".

L'asbl "Solidarité Ghislenghien" qui apporte divers types d'aides aux familles touchées par la catastrophe, a insisté également sur "la discrétion et la sobriété que les familles ont demandées".

Aucun discours n'a ainsi été prononcé et un périmètre avait été instauré pour garantir une distance entre l'aire de recueillement et le public.

La direction de Diamant Boart, dont sept membres du personnel sont décédés à la suite de la catastrophe du 30 juillet 2004, était également présente dimanche matin. "C'est et cela reste une catastrophe humaine", a déclaré Guy Meulemans, directeur des ressources humaines. "Ce qui fait chaud au coeur, c'est de savoir que 7 de nos grands brûlés ont repris le travail et que le programme de coaching que nous avons mis en place est bénéfique à leur reconstruction. Nous avons aussi vécu un moment très fort quand quelques-uns d'entre eux sont venus se recueillir devant la stèle, jeudi. Cela veut dire que le deuil, tout doucement, peut commencer", a ajouté Guy Meulemans.

Parmi les personnes blessées par l'explosion, Stéphane Delfosse, policier à Ath, a subi plusieurs greffes, au visage notamment. "Je ne raterai jamais cette commémoration, sauf si cela ne m'était plus possible médicalement", a-til expliqué. "Il faut du respect pour ceux qui malheureusement ne sont plus là. On essaie d'échapper à la douleur, peut-être que d'autres, en retardant les échéances, essaient d'échapper à leurs responsabilités, je n'en sais rien", a ajouté Stéphane Delfosse. "Je suis heureux d'être vivant", a-t-il conclu

(photo: belga)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés