Homélie du cardinal Danneels: "L'Enfant roi et l'Enfant mendiant"

©Thomas De Boever

Lors de la célébration de la messe de minuit célébrée ce lundi 24 décembre, le cardinal Godfried Danneels a consacré son homélie aux enfants. Le cardinal a abordé la question de l'Enfant Roi, surprotégé et surchargé, et des enfants des pays défavorisés ou en guerre. Il a également eu une pensée pour les enfants placés dans des centres fermés. Enfin, le cardinal Danneels a appelé chacun a faire un geste concret pour un enfant.

(belga) - "En cette nuit de Noël, Dieu nous demande non seulement de le regarder Lui-même, mais également de poser notre regard sur chaque enfant, vivant parmi nous", déclare le cardinal Danneels.
"Dans nos régions, l'enfant est roi. Il est l'accomplissement du rêve de ses parents et un bonheur incomparable pour le couple. Aussi le comble-t-on de cadeaux", poursuit le cardinal. "Mais souvent, c'est sans que les parents ne s'en rendent compte que l'enfant leur apporte un cadeau bien plus précieux encore que tout ce que ceux-ci lui offrent: Il leur enseigne le véritable amour. Car l'enfant fait à ses parents le cadeau de pouvoir vivre en altérité. Et telle est la condition même de tout amour authentique".
L'enfant réclame également d'être respecté et de pouvoir tracer sa propre route. "Mais le respect de l'enfant va plus loin encore: Ce tout-petit mendie de ses parents de ne pas être surprotégé", insiste Godfried Danneels dans son homélie. "Il leur demande de ne pas être comblé de cadeaux par une sorte de largesse 'anticipatrice' et 'préventive', avant même d'avoir eu le temps de les désirer".
Le cardinal dénonce l'enfant "obligé d'entrer dans la société de consommation" et "prédestiné à entrer dans le cercle vicieux du stress qui s'appelle 'tout, tout de suite et pour toujours'". De même, plaide Godfried Danneels, l'enfant ne doit pas être "surchargé" par des activités lors des vacances scolaires.
Le cardinal Danneels s'inquiète par ailleurs du nombre croissant d'enfants de couples désunis "qui n'ont pas de chez soi, puisqu'ils en ont deux".
En ce réveillon de Noël, le cardinal se penche également sur la condition des enfants qui vivent dans des pays défavorisés. "En général, nous ne les voyons qu'en image ou derrière le verre de notre télé, un peu comme au musée. Il y a en effet la foule innombrable des enfants qui n'ont rien, si ce n'est la faim et la soif, la maladie, la violence et les abus. Ceux-là n'ont pas le problème des mercredis et des samedis surchargés. (...) Ils n'ont que des vacances, et pas d'année scolaire", souligne le cardinal, qui dénonce également les enfants soldats.
"Plus près de nous, je ne puis m'empêcher en cette nuit de penser à ces enfants qui sont dans des centres fermés", ajoute Godfried Danneels. "Est-ce bien là leur place? Non. Le biotope de l'enfant est ailleurs".
Enfin, le cardinal Danneels clôture son homélie en appelant chacun à faire "un geste généreux et concret en faveur d'un enfant, qu'il soit au loin et inconnu ou tout près de chez nous".

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect