Publicité

Karel De Gucht écarte toute démission

©REUTERS

Le ministre des Affaires étrangères, Karel De Gucht, a indiqué lundi souhaiter un éclaircissement rapide des soupçons de délit d'initié qui pèsent sur lui et sa femme dans le cadre de l'affaire Fortis, tout en écartant une éventuelle démission.

(belga) - Le ministre des Affaires étrangères, Karel De Gucht, a indiqué lundi souhaiter un éclaircissement rapide des soupçons de délit d'initié qui pèsent sur lui et sa femme, tout en écartant une éventuelle démission de ses fonctions.

Interrogé lundi en marge de la réunion des ministres européens des Affaires étrangères, le chef de la diplomatie belge, de retour au pays après un long voyage en Inde, a abondé dans le sens de Didier Reynders qui, la veille, l'avait appelé à éviter une "incertitude" trop longue.

"Je suis tout à fait d'accord avec Didier Reynders. Moi aussi je voudrais que la clarté puisse être faite d'ici peu de temps et qu'on se prononce dans ce dossier", a commenté M. De Gucht. "Mais je ne suis pas maître du calendrier". "Je pense que le but du Vlaams Belang (à l'origine de la plainte contre M. De Gucht, ndlr) est que cette procédure traîne", a-t-il avancé.

Réfutant être déstabilisé d'une quelconque manière par cette affaire, le chef de la diplomatie belge a écarté lundi toute démission. "Est-ce que je suis en moyen de fonctionner? J'ai l'impression que oui", a-t-il jugé devant la presse belge.

Cible d'une plainte pour délit d'initié à l'occasion de la vente par sa femme d'une série d'actions Fortis juste avant le démantèlement du groupe par le gouvernement, M. De Gucht a dit lundi "comprendre que (cette affaire) interpelle le public".

"C'est pourquoi je vais donner des explications devant la commission parlementaire. Mais c'est au parquet et à la CBFA d'apporter toute la clarté. C'est un dossier tout à fait facile à dénuder", a-t-il conclu.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés