Publicité
Publicité

L'ambiance au PS, au cdH et chez Ecolo

Ambiance mitigée en début de  soirée au cdH où l'on était partagé entre les scores obtenus par certains ténors et le fait que le parti recule généralement à la quatrième place, nettement dépassé par les Ecolo. Le fait d'avoir progressé à Bruxelles met cependant du baume au coeur  des militants présents. Certaines estimations donnaient le parti en progrès de trois sièges. Mais le très gros score réalisé par Benoît Lutgen à Bastogne est aussi important. Cela donne des indications intéressantes pour l'avenir du parti, précise un candidat suppléant.
 
Devant le siège du PS au Boulevard de l'Empereur, l'heure est très clairement au soulagement. On est loin de la Berezina annoncée par les sondages. Marie Arena, tout sourire, congratule et remercie les militants de base. Des applaudissements nourris confirment les premières tendances. Le PS devrait rester le premier parti en Wallonie.   Nous avons fait mieux que résister, se réjouit Paul Magnette. Cela prouve que nous restons un grand parti populaire.  Le ministre fédéral en charge de l'énergie, qui se présentait pour la première fois à Charleroi, restait encore très anxieux d'apprendre son score personnel et celui de son parti dans cette circonscription très marquée par les affaires. Au siège du PS, fort de ces premiers résultats, la préférence va très nettement à la reconduction de l'Olivier à Bruxelles et à la plantation du même arbre en Wallonie.  Le centre de gravité de la Wallonie reste toujours très marqué à gauche, poursuit Magnette.
Pour Fadila Laanan, ministre sortante de la Communauté française, la préférence va dans le même sens. "On a déjà vu que Ecolo n'était pas forcément le partenaire naturel du PS mais, je suis sûre que chacun pourra prendre ses responsabilités". La cristallisation en deux pôles a été très bien comprise par l'électeur qui ne nous sanctionne pas, malgré le comportement de certains camarades.