La Belgique va retirer ses troupes du Kosovo en février prochain

Charles-Henri Delcour ©Photo News

La Belgique va rapatrier d'ici la fin février prochain l'ensemble de ses troupes du Kosovo - un peu plus de 200 militaires -, a annoncé mercredi le "patron de l'armée, le général Charles-Henri Delcour, confirmant en substance une décision prise la semaine dernière par le gouvernement.

(belga) - "Nous avons fait notre travail, nous avons eu des résultats, c'est réussi", a affirmé le chef de la Défense (CHOD) à ses hommes et à ses femmes lors d'une visite au contingent belge de la force de paix dirigée par l'OTAN dans cette ancienne province serbe, la KFOR.
L'OTAN a décidé en juin dernier de réduire en janvier 2010 d'un tiers les effectifs de la KFOR, actuellement de l'ordre de quelque 13.500 hommes.

La Belgique a déjà diminué ses effectifs parallèlement aux autres pays alliés, lors de réductions successives de la taille de la KFOR, qui comptait 40.000 hommes lors de son déploiement en juin 1999. Elle n'est plus présente qu'avec une compagnie renforcée et quelques éléments dispersés, soit 231 militaires.

"Le pas suivant, c'est de s'en aller", a ensuite affirmé le général Delcour à quelques journalistes, expliquant qu'un autre pays (la Grèce, NDLR) était prêt à succéder aux Belges. Pour la Belgique, réduire proportionnellement (d'un tiers) ferait que son contingent serait "trop petit pour être efficace", a-t-il souligné.

Le gouvernement a décidé jeudi dernier de réduire graduellement sa présence militaire au Kosovo, proportionnellement avec la France, qui commande le secteur nord de la KFOR, selon le ministre de la Défense, Pieter De Crem.

Selon des sources militaires, la mission du contingent belge se terminera le 31 janvier, le mois de février étant consacré au rapatriement du personnel et du matériel.

Pour le général Delcour, ce retrait sera complet et comprendra les deux équipes de liaison et de monitoring (LMT), soit une quinzaine d'hommes qui sont les yeux et les oreilles de la KFOR dans la région de Kosovska Mitrovica, la ville divisée entre Serbes et Albanais du nord du Kosovo.

Depuis l'arrivée du premier contingent belge de la KFOR, en septembre 1999, près de 15.000 militaires ont servi dans l'ex-province serbe, qui a proclamé son indépendance le 17 février 2008 et où le calme règne, autorisant un allégement du dispositif de l'OTAN.

A ce jour, l'indépendance du Kosovo n'a été reconnue que par une soixantaine de pays, dont 22 des 27 membres de l'Union européenne (mais pas l'Espagne ni la Grèce), à l'instar des Etats-Unis et du Canada.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés