La périphérie reste fidèle à son image

Rhode Saint Genese

A Rhode-Saint-Genèse, une échevine bloque le processus de préparation des élections. La seule échevine flamande du Collège s'oppose à la volonté de ses collègues d'imprimer autant de convocations électrorales en français qu'en néerlandais.

Bruxelles - (L'Echo-Belga) - Ce n'est évidemment pas une surprise. L'organisation des élections en périphérie bruxelloise ne se prépare pas sans mal. Mardi dernier déjà, une partie des bourmestres des communes concernées avaient déjà annoncé qu'ils boycotteraient l'organisation de ces élections. Et, malgré les protestations de la ministre de l'Intérieur Annemie Turtelboom, leur ministre de tutelle, Geert Bourgeois, les a appuyés dans leur démarche.

Ce jeudi, le processus s'est également retrouvé bloqué dans une des communes à facilité géré par un bourgmestre francophone. Nommé, qui plus est... Myriam Delacroix-Rolin, la bourgmestre cdH de Rhode Saint-Genèse, s'est vu mettre des batons dans les roues par la seule échevine flamande de son Collège.

Anne Sobrie, s'est opposée à une proposition de ses collègues francophones sur l'envoi des convocations et leur impression. Le point n'ayant pu être tranché en collège des bourgmestres et échevins, il sera renvoyé au conseil communal.

Selon Mme Sobrie, les échevins francophones ont proposé d'envoyer ces documents "conformément à la loi", sans donner d'autres précisions. Ils souhaitent en outre faire imprimer un nombre équivalent de convocations en français et en néerlandais. "C'est de la mauvaise gestion. Si on suit la circulaire flamande, seul un nombre limité de convocations en français est nécessaire", a expliqué l'échevine.

Mme Sobrie a informé le ministre flamand des Affaires intérieures, Geert Bourgeois, de cette situation ainsi que le gouverneur du Brabant flamand, Lode De Witte.

Le conseil communal de Rhode-Saint-Genèse se réunira mardi.

Mercredi, la présidente du cdH, Joëlle Milquet, a déjà interpellé la ministre de l'Intérieur en Conseil des ministres mercredi, en exigeant des garanties pour la tenue des élections et l'organisation correcte des procédures électorales. Une réponse concrète est attendue pour le prochain Conseil des ministres.

 

 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés